Laboratoire d'idées Deeptech for good : innovation et prospective

A quel point robots et algorithmes nous feront-ils travailler dur ?

Image par 849356 de Pixabay

Les “robots” surveillent les femmes de ménage des hôtels, leur disent quelle chambre nettoyer et suivent la vitesse à laquelle elles le font. Ils gèrent les développeurs de logiciels, surveillent leurs clics et leurs défilements et enregistrent leur salaire s’ils travaillent trop lentement. Ils écoutent les employés des centres d’appels, leur disent quoi dire, comment le dire, et les tiennent constamment, au maximum, occupés. Pendant que nous surveillons l’horizon auquel seront mis en circulation des camions à conduite automatique, perpétuellement d’ici 5 ans, les robots arrivent sous la forme de superviseur, contremaître, ou de cadre intermédiaire.

Ces systèmes automatisés peuvent détecter des sources d’inefficacité qu’un gestionnaire humain n’aurait jamais pu détecter : un moment d’arrêt entre deux appels, une habitude de s’attarder à la machine à café après avoir terminé une tâche, un nouvel itinéraire qui, si tout se passe parfaitement, pourrait permettre de livrer quelques paquets de plus en une journée. Mais pour les travailleurs, ce qui ressemble à de l’inefficacité aux “yeux” d’un algorithme, il s’agit des dernières réserves de répit et d’autonomie. Et comme ces petites pauses et libertés mineures sont optimisées, leur travail devient plus intense, plus stressant et plus dangereux.

Henry Ford a démontré la puissance de cette approche en simplifiant encore les tâches et en les organisant le long d’une chaîne de montage. La vitesse de la chaîne contrôlait le rythme de l’ouvrier et permettait aux superviseurs de voir facilement qui était à la traîne. Nous sommes en plein milieu d’une autre grande accélération. De nombreux facteurs sont à l’origine de cette évolution, mais l’un d’entre eux est la numérisation de l’économie et les nouvelles façons d’organiser le travail qu’elle permet.

Bien qu’ils aient commencé dans le commerce de détail, les algorithmes sont maintenant omniprésents. L’émergence de capteurs, de réseaux et d’apprentissage machine bon marché a permis aux systèmes de gestion automatisés d’assumer un rôle de supervision plus détaillé – et pas seulement dans des environnements structurés comme les entrepôts, mais partout où les travailleurs portent leurs appareils.

Peut-être que les “robots” viendront un jour se subsituer aux chauffeurs, bien que l’impact net de l’automatisation sur l’emploi ait été jusqu’à présent relativement faible. La technologie mettra sans aucun doute des gens au chômage, comme elle l’a fait par le passé. Cela vaut donc la peine de réfléchir à la manière de leur fournir un filet de sécurité.

Mais ces chauffeurs ne se retrouveront pas nécessairement sans emploi, comme le suggère une analyse du Centre de recherche et d’éducation sur le travail de l’Université de Californie à Berkeley. Ils se déplaceront pour aider des véhicules essentiellement autonomes à circuler dans les rues délicates de la ville, gagnant un salaire plus bas via des emplois fortement surveillés et nouvellement déqualifiés. Ou peut-être seront-ils dans des bureaux ressemblant à des centres d’appel, à dépanner des camions à distance, leur productivité étant suivie par un algorithme. En bref, ils se retrouveront gérés par des machines, soumises à des forces qui se sont développées depuis des années mais qui sont largement négligées.

Le travail a toujours signifié l’abandon d’un certain degré de liberté. Lorsque les travailleurs acceptent un emploi, ils acceptent de laisser leur patron leur dire comment se comporter, comment s’habiller ou où se trouver à un moment donné, et tout cela est considéré comme normal. Les employeurs fonctionnent comme ce que la philosophe Elizabeth Anderson critique à l’égard des gouvernements privés : les gens acceptent qu’ils exercent le pouvoir d’une manière qui semble oppressive venant d’un État parce que, selon le raisonnement, les travailleurs sont toujours libres de démissionner. Les travailleurs accordent également à leurs employeurs une grande latitude pour les surveiller, et cela est également considéré comme une bonne chose, qui suscite des inquiétudes surtout dans les cas où les employeurs s’immiscent dans la vie privée des travailleurs.

La gestion automatisée promet de modifier ces règles. Si un employeur a toujours eu le droit de surveiller votre bureau tout au long de la journée, cela n’aurait probablement pas été une bonne utilisation de son temps. Aujourd’hui, un tel niveau de surveillance est non seulement facile à automatiser, mais il est surtout nécessaire pour recueillir les données nécessaires à l’optimisation du travail. Cette logique peut sembler irrésistible à une entreprise qui cherche à réduire ses coûts, surtout si elle dispose d’un effectif suffisamment important pour que des améliorations marginales de la productivité soient rentables.

La suite ici (Josh Dzieza)

(Visited 17 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*