Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Amazon construit discrètement pièce par pièce les robots du futur

Amazon a annoncé que ses profits étaient en hausse de 30%. Le géant technologique est bien connu pour sa philosophie de Day One, une philosophie qui prône le réinvestissement d’une grande partie des profits dans l’entreprise. Si beaucoup d’entreprises ont de l’ambition, peu ont autant de ressources financières utilisées comme levier pour développer les technologies nécessaires pour que les robots de science fiction deviennent une réalité. 

Amazon emploie déjà 100 000 robots. Ces robots permettent à Amazon de développer des logiciels de localisation et de cartographie pour que les robots puissent naviguer de manière autonome dans les entrepôts. Mais l’ambition ne s’arrête pas là. Le Amazon Robotics Challenge est un concours doté d’un prix de plusieurs millions de dollars, ouvert aux équipes universitaires, dont l’objectif est de construire un robot capable de ramasser et emballer des articles dans des entrepôts.

Pour s’attaquer au problème de la robotisation de la livraison du dernier kilomètre, Amazon a misé sur la création d’un service de livraison de drone. Certes, une voiture ou une camionnette autonome qui livre des paquets aux portes des gens c’est pratique, mais qui dépose le colis sur le pas de la porte ?

Amazon aura-t-il peut-être un jour des robots capables de se déplacer et de manipuler leurs environnements. En attendant, le géant technologique travaille également sur l’intelligence qui guidera ces robots et les rendra vraiment utiles pour accomplir une variété de tâches. Amazon a mis au point une intelligence artificielle (IA), ou du moins son cadre : elle s’appelle Alexa, et elle habite des dizaines de millions de foyers. Le prix Alexa, un autre concours de plusieurs millions de dollars, vise à rendre Alexa plus sociale.

Pour qu’un robot humanoïde soit vraiment utile, il aura besoin de vision et d’intelligence. Il devra comprendre et interpréter son environnement, et réagir en conséquence. Pour apprendre à connaître leur environnement, les humains le parcourent et l’observent. C’est quelque chose que, par exemple, Alexa couplée à des lunettes intelligentes serait très capable de faire. Il y a d’ailleurs des rumeurs selon lesquelles l’IA d’Alexa serait bientôt intégrée à des caméras de sécurité, ce qui constitue une étape idéale pour former une IA à traiter les images de son environnement, à percevoir le monde et les menaces qu’elle pourrait contenir.

La suite ici (Thomas Hornigold)

(Visited 95 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*