Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Avec Libra Facebook essaie de devenir un pays indépendant

Image parGraphicsSC de Pixabay

Facebook a récemment dévoilé le lancement d’une nouvelle cryptomonnaie appelée Libra. Soutenu par d’énormes sociétés financières et technologiques telles que Visa, Spotify, eBay, PayPal et Uber (en complément d’une base d’utilisateurs prêts à l’emploi de 2 milliards de personnes dans le monde) Facebook est positionné pour faire pression sur les pays et les banques centrales afin qu’ils coopèrent à la réinvention du système financier mondial.

Mais Facebook ne s’est pas comporté de façon responsable dans le passé et continue de patauger entre  d’importantes préoccupations du public, et des enquêtes au sujet de ses pratiques en matière de protection de la vie privée, de l’exactitude des informations et de la publicité ciblée. Par conséquent, il est critique de voir au-delà du battage médiatique. Nous devons nous demander qui est légitime pour refaçonner le monde en s’assurant qu’il soit le meilleur possible pour l’humanité.

L’humanité a besoin d’un leadership éthique et de temps pour réfléchir aux répercussions potentielles induits par des changements technologiques rapides. C’est pourquoi, la cryptomonnaie de Facebook devrait être momentanément bloquée par les régulateurs financiers, le temps que de suffisamment de preuves de sa fiabilité aient été apportées. Et ce quelque soit le volume des transactions. Facebook a déjà montré que de petites sommes d’argent peuvent acheter des publicités micro ciblées ayant le pouvoir d’influencer l’opinion publique et les résultats des élections aux États-Unis et dans le monde entier.

Les entreprises technologiques s’intéressent à l’émergence d’une monnaie mondiale qui se base sur Internet. Cela pourrait permettre à des entreprises comme Facebook et Twitter d’attirer plus d’utilisateurs sur leurs plateformes et de recueillir de l’argent auprès des entreprises qui veulent se joindre au nouveau système. Ils veulent également détourner une partie du marché adressé par l’industrie existante des services financiers. Ce secteur est évalué à plusieurs milliers de milliards de dollars, est extrêmement rentable et, pourtant, a eu du mal à mettre en œuvre sa propre monnaie numérique.

Les détails techniques des plans de Facebook sont encore en cours d’élaboration, mais il semble que l’entreprise ne cherche pas à concurrencer Bitcoin ou d’autres cryptomonnaies. Facebook cherche plutôt à remplacer le système financier mondial existant par engendrer une toute nouvelle configuration ; avec Libra en son centre.

Il est absolument nécessaire de trouver des moyens plus souples, plus rapides et moins coûteux d’envoyer de l’argent partout dans le monde et de donner accès à des services financiers aux nombreuses personnes non bancarisées. Il y a un réel potentiel pour le Libra, mais il y a probablement des moyens de l’améliorer encore davantage, en développant un système de paiement qui sert mieux le monde dans son ensemble.

Enfin, je ne peux m’empêcher de repenser au nom que Facebook a choisi pour cela, le Libra, qui est une référence à la mesure romaine de la livre, autrefois utilisée pour frapper les pièces de monnaie. A bien des égards, l’entreprise que Mark Zuckerberg est en train de construire commence à ressembler davantage à un empire romain, avec sa propre banque centrale et sa propre monnaie, qu’à une entreprise. Le seul problème, c’est que cette nouvelle plate-forme nationale est une entreprise contrôlée et dirigée davantage comme une dictature qu’un pays souverain avec des dirigeants démocratiquement élus. L’entreprise pourrait avoir autant de pouvoir que certains pays ; et plus que d’autres.

Dans le sillage de la crise financière mondiale, qui n’est pas si lointaine, et de la culture des fake news et de la désinformation qui se développe, les gens doivent ralentir et évaluer pleinement les technologies de rupture de cette ampleur. La société ne peut pas résister au lancement d’une cryptomonnaie dans le style tristement célèbre de Facebook qui consiste à ” aller vite et casser des choses “.

La suite ici (Jennifer Grygiel)

(Visited 28 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*