Laboratoire d'idées Deeptech for good : innovation et prospective

Bientôt nous ne programmerons plus les ordinateurs, nous les entrainerons

WI0616_cover_600px_V2

Cette histoire se répète encore et encore. Alors que la révolution digitale s’est frayé un chemin dans chaque partie de notre vie, elle a également infiltré notre langage et nos plus profondes théories sur la façon dont l’univers fonctionne. La technologie a toujours produit cet effet. Au siècle des Lumières, Newton et Descartes ont poussé les gens à voir l’univers comme une horloge complexe. Au cours de l’ère industrielle, la métaphore de l’horloge s’est tranformé en machine à pistons (concept de psychodynamique de Freud emprunté à la thermodynamique des moteurs à vapeur). Maintenant, l’univers serait constitué d’ordinateurs. Si le monde est un ordinateur, alors le monde peut être codé. Le code est logique. Le code est piratable. Le code est destinée. Ce sont les principes centraux (et prophéties auto-réalisatrices) de la vie à l’ère digitale. Dans ce monde, la capacité d’écrire du code est devenue non seulement une compétence souhaitable, mais surtout une langue accordant le statut d’initié à ceux qui la parlent. Ils ont ainsi accès à ce qui, dans un âge plus mécanique aurait été appelé les leviers du pouvoir. Que l’on adhère à cette vision ou pas, que l’on soit membre de cette élite ou pas, cet état de fait ne va pas durer. Nos machines commencent à parler une langue différente maintenant, une langue que même les meilleurs experts ne comprennent pas couramment. Les implications d’un langage machine non analysable par l’humain ne sont pas que philosophiques. Au cours des deux dernières décennies, l’apprentissage de la programmation code a été l’une des voies les plus sûres pour décrocher à coup sûr un emploi. Mais un monde dirigé par des systèmes de deep learning a besoin d’une main-d’œuvre différente. Les analystes ont donc déjà commencé à se soucier de l’impact de l’intelligence artificielle sur le marché du travail. A long terme, le machine learning va démocratiser l’accès aux technologies. De la même manière que vous n’avez plus besoin de maîtriser le HTML pour créer un site web aujourd’hui, vous n’aurez plus besoin d’un doctorat pour utiliser les gigantesques capacités offertes par le deep learning. Il sera accessible à toute personne.

La suite ici

(Visited 77 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*