Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Ces startups en IA qui s’attaquent au problème de la diversité dans le recrutement

Eyal Grayevsky a un plan pour que la Silicon Valley soit plus diversifiée. Mya Systems, la société d’intelligence artificielle (IA) basée à San Francisco qu’il a cofondée en 2012, a construit sa stratégie autour d’une seule idée : réduire l’influence et le biais des humains inhérent au processus de recrutement. Mya, un chatbot intelligent qui ressemble beaucoup à un recruteur, interviewe et évalue les candidats. Grayevsky soutient que, contrairement à certains recruteurs, Mya est programmée pour poser des questions objectives axées sur la performance et éviter les jugements subconscients qu’un humain pourrait faire. Lorsque Mya évalue le CV d’un candidat, il ne regarde pas l’apparence, le genre ou le nom du candidat.

HireVue, un autre programme, sert le même objectif. Ce logiciel intelligent exploite des vidéos et des textes pour prédire la meilleure adéquation entre un candidat et un emploi. Il extrait jusqu’à 25 000 points de données provenant d’entretiens vidéo. Utilisé par des entreprises comme Intel, Vodafone, Unilever et Nike, les évaluations de HireVue sont basées sur tout, de l’expression faciale au vocabulaire; ils peuvent même mesurer des qualités abstraites telles que l’empathie des candidats.

Pourtant tout n’est pas parfait. Même les créateurs de systèmes d’IA admettent que leurs systèmes ne sont pas exempts de biais, ceux des humains qui les ont développés.

La suite ici (Simon Chandler)

(Visited 47 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*