Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Chine : quand l’IA devient le produit et induit l’essor des applications d’IA grand public

Une nouvelle ère d’applications construire sur des systèmes d’intelligence artificielle (IA) se répand dans le monde entier, à commencer par la Chine.

TikTok, une application vidéo format court mobile, a été téléchargée plus de 104 millions de fois sur l’App Store d’Apple au cours du premier semestre 2018, ce qui en fait l’application la plus téléchargée au monde durant cette période. En fait, le nombre d’installations aux États-Unis au mois d’octobre était supérieur à celles de Facebook, Instagram, Snapchat et YouTube. Non seulement TikTok est une entreprise chinoise dont le produit gagne les cœurs aux États-Unis et dans le monde entier, mais c’est surtout la première application grand public où l’IA est véritablement le produit. Elle est représentative d’un changement plus large, où l’IA est en train de passer de la phase de découverte à la phase de mise en œuvre. Que se passe-t-il lorsque la recherche en IA prend vie au travers d’une application grand public ?

TikTok est une application mobile qui affiche de courtes vidéos en plein écran (60 secondes maximum) et qui utilise l’IA pour personnaliser le flux vidéo de l’utilisateur. TikTok dépend entièrement de l’IA, et cela fait toute la différence. Plutôt que de demander aux utilisateurs d’accéder à une vignette vidéo ou de cliquer sur un canal, les algorithmes d’IA de l’application décident des vidéos à montrer aux utilisateurs.

En quoi est-ce différent des plates-formes et des produits comme Facebook, Netflix, Spotify et YouTube, qui utilisent tous des algorithmes de recommandation aux utilisateurs sur ce à quoi il faut faire attention (nouvelles, émissions, musique ou vidéos) ? TikTok, par exemple, ne présente jamais une liste de recommandations à l’utilisateur (comme Netflix et YouTube le font), et ne demande jamais à l’utilisateur d’exprimer explicitement son intention ; la plate-forme infère et décide entièrement ce que l’utilisateur doit regarder. Parce que TikTok contrôle complètement ce que les utilisateurs voient, et utilise l’IA pour le faire, il peut optimiser le flux vidéo pour le bonheur des utilisateurs.

Plus généralement, la montée en puissance de TikTok marque le début d’une nouvelle ère d’applications d’IA grand public. Non seulement les apprentissages de TikTok peuvent être appliqués à une vaste gamme de comportements des consommateurs (lire les nouvelles, écouter de la musique, faire des achats) mais les entrepreneurs chinois appliquent déjà les apprentissages à de nouvelles catégories comme les rencontres, l’apprentissage et le recrutement. De la même manière que WeChat a inauguré l’ère des “super applications”, la société mère de TikTok, Bytedance, ouvre l’ère des applications grand public d’IA. Mais il y a plus, au-delà de TikTok….

Exemple 2 : Soul

Dans un monde idéal, l’établissement de relations serait basé sur des personnalités, des intérêts et des valeurs complémentaires. Soul, une application devenue plus récemment populaire en Chine, utilise l’IA et l’anonymat comme pierres angulaires pour faciliter les relations. Les cas d’utilisation populaires vont de la simple envie de parler ou de se défouler anonymement, à la recherche de nouveaux amis et de nouvelles âmes sœurs. Lorsque les utilisateurs rejoignent Soul, ils répondent à un quiz de 6 questions (avec 50 questions supplémentaires facultatives). Les réponses binaires servent de base aux algorithmes d’appariement de l’application. Une fois le questionnaire complété, les utilisateurs peuvent être jumelés et choisir d’avoir une conversation avec des étrangers par texte ou en audio. Plus important encore : aucun nom réel, aucune photo, ni même aucune réponse à un quiz ne sont révélés. Les utilisateurs ont la possibilité de modifier leur voix et de cacher leur tête. L’IA pilote l’algorithme d’appariement sur la base d’un score de compatibilité d’au moins 85 %. C’est comme si un service de rencontre devait écouter votre premier rendez-vous et utiliser cette information pour trouver votre prochaine rencontre.

Exemple 3 : LingoChamp

Imaginez un professeur d’anglais qui peut corriger directement votre prononciation, la grammaire, le vocabulaire et la fluidité générale. Ce professeur particulier pourrait facilement coûter jusqu’à 40 $ de l’heure dans les villes chinoises de premier rang.

LingoChamp est une application de tutorat en anglais, basée sur 1 IA, qui facture aux utilisateurs 14 $ par mois pour un accès illimité aux tests, aux cours et au curriculum personnalisé. LingoChamp dispose ainsi de la plus grande base de données d’anglais parlé par les chinoise, dédiée au monde. Elle a entraîné son modèle d’IA via plus de 1,3 milliard de minutes de conversation et 17,5 milliards de phrases. Lingochamp utilise ces données pour prédire le succès des utilisateurs et adapter les questions pour qu’elles soient stimulantes, mais non décourageantes. Enfin, la société mère de LingoChamp, LAIX, offre également une application d’examen gratuite de l’International English Language Testing System (IELTS) qui utilise son moteur d’IA. Toutes ces données, combinées à l’IA, constituent les douves de l’entreprise par rapport à ses concurrents. Selon iResearch, le marché chinois de l’éducation assistée par IA en ligne a atteint environ 568 millions de dollars en 2017 et devrait dépasser les 26 milliards de dollars en 2022.

La suite ici (Connie Chan)

(Visited 45 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*