Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Comment la Chine a raté l’occasion de bâtir une industrie locale de fabrication de puces électroniques

Image parColin Behrens de Pixabay

La Chine est autosuffisante en matière de production d’énergie nucléaire, elle a envoyé un homme dans l’espace et elle est leader dans de nombreux domaines comme l’intelligence artificielle (IA). Mais concernant la production de semi-conducteurs, elle reste terriblement en retard, dépensant plus pour l’importation des puces qui alimentent les gadgets électroniques, les PC et les équipements militaires qui nous entourent aujourd’hui que pour le pétrole. Si la Chine est depuis longtemps consciente de la nécessité de développer sa propre industrie des semi-conducteurs, la récente guerre commerciale avec les États-Unis qui menace de couper l’accès critique aux composants américains pour les champions technologiques nationaux, rend cet enjeu encore plus critique.

Ce que beaucoup de gens ignorent peut-être, c’est que dans les années 1960, la Chine était proche des États-Unis en terme de technologie des premiers semi-conducteurs ; si proche qu’elle avait de grandes chances de devenir le leader de l’industrie. Néanmoins, la combinaison de bouleversements politiques et d’une stratégie industrielle malavisée a détruit des décennies d’efforts.

La conception et la production de semi-conducteurs est une activité notoirement complexe, impliquant des décennies d’expertise et d’extrême précision (se tromper légèrement peut engendre la perte de milliards de dollars d’investissemen). L’histoire des efforts de la Chine dans le domaine des puces remonte aux débuts du circuit intégré. Le circuit intégré, un assemblage de composants électroniques construits sur une seule pièce de matériau semi-conducteur, a été inventé en 1958 par un ingénieur de Texas Instruments nommé Jack Kilby. Avant son invention, les ingénieurs devaient câbler manuellement les composants électroniques ensemble pour chaque appareil, les premières machines informatiques occupant des pièces entières.

Huit ans seulement après son invention et trois ans après la mise sur le marché des premiers circuits intégrés aux Etats-Unis, la Chine a réussi à créer son propre circuit intégré en 1965, plaçant le pays devant des concurrents potentiels comme Taiwan et la Corée du Sud, qui n’avaient pas encore commencé à développer une industrie du semi-conducteur à l’époque. Mais la Chine de l’époque ne dispose pas d’assez de savoir-faire (rareté des talents et manque d’expérience) pour faire progresser les technologies de fabrication de semi-conducteurs.

Plus de 50 ans plus tard, la Chine est maintenant à la traîne derrière États-Unis, la Corée du Sud et Taïwan en matière de technologie des semi-conducteurs. Après plusieurs décennies et des milliards de dollars d’investissements, seulement 16 % des semi-conducteurs utilisés aujourd’hui en Chine sont fabriqués localement. Malgré de forts investissements, la Chine ne dispose toujours pas d’un portefeuille important de propriété intellectuelle dans le domaine des circuits intégrés.

La suite ici (Zen Soo&Meng Jing)

(Visited 26 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*