Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Craig Venter : nous ne sommes pas encore prêts à éditer le génome d’embryons humains

gene hackers

Si nous pouvons d’ores et déjà utiliser les techniques CRISPR pour modifier les “lettres” du code génétique associées aux maladies génétiques rares comme la maladie de Huntington ou la maladie de Tay-Sachs, pourquoi ne pas se débarrasser de toutes les maladies humaines connues ? La réponse est à la fois simple et complexe. En fait, les questions hypothétiques qui faisaient jusqu’ici l’objet de débats parmi les bioéthiciens deviennent de véritables questions de société depuis l’émergence de CRISPR. Devons-nous interdire la modification du génome humain ? Le cas échéant comment encadrer les expérimentations ? Pour J. Craig Venter, le premier généticien à avoir séquencé le génome humain, il existe 3 raisons fondamentales selon lesquelles nous devons encore rester très prudents.

La suite ici

(Visited 56 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*