Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Dans le futur nous n’éditerons plus les génomes, nous en imprimerons des nouveaux

Pourquoi recréer de la levure pourrait donner le coup d’envoi de la prochaine révolution industrielle ?

Le directeur de l’Institute for Systems Genetics de la Langone Health de l’Université de New York, Boeke dirige une équipe internationale d’une centaines de personnes qui se consacrent à la synthèse des 12,5 millions de lettres génétiques qui composent le génome des cellules de la levure. Dans la pratique, cela signifie remplacer graduellement chaque chromosome, il y en a 16, par de l’ADN fabriqué à partir de synthétiseurs chimiques de la taille d’un poêle. Au fur et à mesure, Boeke et ses collaborateurs situés dans près d’une douzaine d’institutions “améliorent” le génome de la levure et mettent en place des portes dérobées pour que les chercheurs puissent y mélanger ses gènes à volonté. En fin de compte, la levure synthétique, appelée Sc2.0, sera entièrement personnalisable.

Considérez ce crojet comme à la première automobile construite à la main par Henry Ford et, pour l’instant, unique en son genre. Un jour, cependant, il se peut que nous concevions régulièrement des génomes sur des écrans d’ordinateur. Au lieu de concevoir ou même d’éditer l’ADN d’un organisme, il pourrait devenir plus facile d’imprimer une nouvelle copie. Imaginez concevoir des algues qui produisent du carburant ; des organes à l’épreuve des maladies ; voir même la résurrection d’espèces éteintes. Des chercheurs ont déjà synthétisé les instructions génétiques qui régissent les virus et les bactéries. Mais les cellules de la levure sont eucaryotes. Elles confinent leurs génomes dans un noyau et les regroupent dans des chromosomes, tout comme les humains. Leurs génomes sont aussi beaucoup plus gros. Or, la synthèse de l’ADN est encore loin d’être aussi bon marché que sa lecture.

Un génome humain peut maintenant être séquencé pour 1 000 $, et le coût continue de diminuer. Par comparaison, pour remplacer chaque lettre d’ADN dans la levure, Boeke devra dépenser environ 1,25 million de dollars. Ajoutez la main-d’œuvre et la puissance des ordinateurs nécessaire, et le coût total du projet, déjà en cours depuis une décennie, est considérablement plus élevé. Avec Church, entre autres, Boeke est un chef de file de GP-write, une organisation qui milite pour que la recherche internationale cherche des moyens de diviser par 1000 le coût de la conception, de l’ingénierie et des essais de génomes  au cours de la prochaine décennie.

La suite ici (Bryan Walsh)

(Visited 100 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*