Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

En réalité les Etats-Unis construisent comme la Chine un système de “crédit social”

En Chine, la censure ne se limite pas aux critiques vis-à-vis du gouvernement. Elle comprend également ce que le parti au pouvoir considère comme étant une faute morale. La consommation d’alcool, la consommation de drogues, la violence et du contenu à caractère fortement sexuels sont éliminés des médias et des films. Cette ingénierie sociale descendante trouve sa forme dans le nouveau système de crédit social du pays, qui punit les comportements indésirables tels que l’annulation des réservations pour le dîner ou les promenades en limitant les droits de voyage ou l’accès au crédit (financier). Loin de se sentir menacés par cette évolution, les Chinois semblent s’en réjouir. Un sondage Ipsos de 2017 a révélé que 47 % de la population considère le déclin moral comme la plus grande menace pour le pays et que 87 % croient que le pays va dans la bonne direction.

Aux États-Unis, où le gouvernement est régulièrement renouvelé, la classe dirigeante est composée de ceux qui définissent nos modes de discours acceptés par le biais des institutions qu’ils contrôlent. La population scanne et censure les citoyens comme le font la Chine ou la Russie, la différence étant que le mécanisme d’application est constitué par les entreprises et les universités. Les plus grandes entreprises de technologie américaines sont déjà aux prises avec la censure, la dé-plateformisation ou le dé-ranking de faux contenus ou de contenus infammant. Facebook et Twitter ont purgé un grand nombre de comptes russes et iraniens même si la diffusion de fausses informations et de contenus qui divisent est protégée par le Premier amendement. Avec YouTube et Instagram, leurs efforts sont souvent allés trop loin. Ils interdisent non seulement les acteurs parrainés par l’étranger, mais aussi, à plusieurs reprises, les comptes rendus d’activistes conservateurs nationaux et d’autres “délinquants”, de manière intentionnelle ou non intentionnelle, qu’il s’agisse d’actes intentionnels ou présumés. Bien que ces efforts ne contreviennent pas à la loi américaine, l’impact peut être considérable puisque beaucoup dépendent des médias sociaux pour leur subsistance. Cette “monnaie sociale” ne fera que gagner en utilité et en sophistication à mesure que la technologie évoluera et s’adaptera. Selon l’entreprise de recherche d’emploi CareerBuilder, 70 % des employeurs filtrent la présence de leurs candidats dans les médias sociaux avant de prendre une décision dans le cadre d’une embauche. Éviter complètement les médias sociaux n’est pas non plus une sage décision, 57% ont déclaré qu’ils étaient moins susceptibles d’embaucher un candidat s’ils n’étaient pas du tout présents sur les médias sociaux.

La censure des entreprises de technologie et les techniques de toilettage du contenu constituent maintenant principalement une posture défensive, mais les utilisateurs vont bientôt considérer l’impact de ces changements et exigeront de voir comment ils sont “notés”. En l’absence de réponse, le gouvernement sera invité à intervenir, car il s’en servira pour identifier les menaces potentielles envers la sécurité nationale. Les entreprises ajouteront la note citoyenne à la mine d’informations qu’elles recueillent déjà sur les utilisateurs, comme les données démographiques, les données de localisation, les préférences d’achat et les pointages de crédit. Les employeurs intégreront la vérification préliminaire dans leurs processus de recrutement. Les universités l’utiliseront comme une donnée cruciale pour l’évaluation des demandes. Les applications de rencontre l’ajouteront dans la liste croissante de critères filtrables. Le ghetto numérique deviendra une réalité. Cette décennie restera sans doute dans les mémoires comme le dernier chapitre de l’adolescence non réglementée de nos identités numériques collectives.

La suite ici (Tomas Sindenfaden)

(Visited 94 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*