Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Et si la bulle IA était sur le point d’éclater ?

Les experts en l’intelligence artificielle (IA) s’inquiètent du fait que ce domaine soit proche d’un scénario similaire à l’éclatement de la bulle Internet. L’hiver de l’IA serait proche. Et, si cela se produit, il pourrait laisser un grand nombre de chercheurs, d’investisseurs et d’entrepreneurs dans son sillage. Non seulement les fonds d’investissement “jettent” de l’argent à quiconque marmonne les mots “neuronal” et “réseau” dans la même phrase, mais des entreprises comme Google et Microsoft se targuent d’être restructurée autour d’ l’IA. Selon Gartner, les “entreprises dérivées de l’IA” vaudront 3,2 milliards d’ici 2022, soit plus que la somme des industries du film, du jeu vidéo et de la musique. Il y a déjà eu un hiver de l’IA (ou bulle de l’IA autrement dit) dans les années 1980. De nombreuses percées réalisées au cours des 5 dernières années, dans des domaines comme la vision par ordinateur et les réseaux de neurones, avaient été promises par les chercheurs pendant la période “dorée” de l’IA, une période allant du milieu des années 1950 à la fin des années 1970.

Un chercheur de Microsoft, le Dr John Langford, prédit l’arrivée imminente d’un nouvel hiver imminent de l’IA au travers des observations suivantes :

  1. Le nombre de papiers soumis à NIPS est en hausse de 50% cette année
  2. Le processus de révision des articles dans le domaine de l’apprentissage machine grince sous l’effet de plusieurs années de croissance exponentielle
  3. Des personnalités publiques évoquent à tort et à travers l’IA sous le prisme de son potentiel supposé
  4. L’argent pleut du ciel sur les startups ambitieuses avec une bonne histoire
  5. Il existe même un faux site web de la conférence NIPS

L’hiver de l’IA sera probablement le résultat direct de l’arrêt des investissements qui ne seront pas rentables suffisamment rapidement. Beaucoup d’investisseurs misent des millions de dollars sur des start-ups qui semblent se ressemblent.

On est peut-être déjà dans une bulle. Que faire ? Selon Langford, tout est question de contrôle des dommages. Selon lui, certaines recherches sont plus “fantaisistes ” que d’autres, et les chercheurs devraient se concentrer sur la ” création d’intelligence ” plutôt que sur l'” imitation de l’intelligence “. Mais les ramifications, cette fois-ci, ne sont peut-être pas aussi graves qu’il y a 40 ans. On peut dire sans risque de se tromper que nous avons atteint une sorte de ” point de sauvegarde ” dans le domaine de l’IA. Imaginer que Google abandonne l’IA qui alimente son application Translate, par exemple, est une ineptie ; à moins que quelque chose de mieux que l’apprentissage machine ne réalise encore mieux cette tâche. Et il existe d’innombrables autres exemples dans le monde d’usages que l’IA nous permet.

La suite ici (Tristan Greene)

(Visited 70 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*