Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Et si les plateformes comme Facebook étaient trop grosses pour être régulées ?

Les relations d’Uber avec les villes ont tendance à commencer ou à se terminer en guerre. Le mois dernier, dans un coup de force soudain, Londres a déclaré à Uber que sa licence d’exploitation dans la ville ne serait pas renouvelée. La même semaine, Mark Zuckerberg s’est assis devant une caméra à Menlo Park, en Californie. Il a récemment révélé qu’il croyait que les acteurs étatiques russes avaient acheté des publicités politiques lors des élections de 2016. Plus largement, Facebook a été accusé de permettre la désinformation et à la mauvaise information de prospérer sur la plate-forme. Parmi les mesures que Zuckerberg a déclaré que son entreprise prendrait, il a évoqué l’élargissement des « partenariats » avec les commissions électorales à travers le monde et de « travailler de manière proactive pour renforcer le processus démocratique ». La transition de Facebook a eu lieu un peu près en même temps que l’élection du président Trump.

Bien que Facebook ne pense ni ressemble à un gouvernement, la plate-forme s’est insinuée dans le tissu de la vie publique et personnelle des utilisateurs. Les comptes Facebook sont similaires à des cartes d’identité, ce qui permet de développer une gamme toujours croissante d’activités : le commerce, la recherche d’emploi, les loisirs… Les plate-formes remplacent les communautés. Le cryptage, que proposent des services appartenant à d’autres sociétés, remplacent la garantie de la liberté. Les flux de nouvelles deviennent des sources d’informations diverses, y compris des publicités, oui, mais aussi des appels pour s’enregistrer pour voter.  Tout cela veut dire qu’une plate-forme sociale qui réussit suffisamment, tout comme Uber, devient une partie inhérente aux infrastructures.

La suite ici (John Herrman)

Partager cet article: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someoneShare on RedditShare on Tumblr
Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Futurologue passionné par la 4e révolution "industrielle" impulsée par les NBIC, et par la singularité - Co-fondateur du think&do tank virtuel Paris Singularity - Membre actif de l'institut de recherche technologique virtuel envisioning.io

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*