Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Etat des lieux sur le consensus mondial autour de l’IA éthique

Image parGerd Altmann de Pixabay

L’éthique est un concept mouvant et amorphe qui peut changer rapidement en fonction des différentes cultures, sociétés et valeurs. Bien qu’il y ait eu de nombreuses tentatives de rédaction d’une ligne directrice éthique de l’IA, le flou demeure pour déterminer si tout le monde est d’accord, peu importe le secteur, le statut socioéconomique, la culture ou la religion. Ce qui est éthique pour une société occidentale peut ne pas l’être pour une société orientale communiste. La protection de la vie privée par la reconnaissance faciale peut heurter les sociétés occidentales qui considèrent la liberté comme un droit de l’homme, mais elle n’est pas aussi importante pour les citoyens chinois qui sont habitués à la surveillance  ; voir même qui s’en réjouissent s’ils bénéficient d’un système de crédit social fondé sur l’IA.

Dans une étude publiée récemment dans Nature Machine Learning, une équipe de l’ETH Zurich, Suisse, s’est penchée sur les directives éthiques de l’IA dans le monde. L’échantillon n’est pas uniforme : les pays riches, y compris les États-Unis, l’UE et le Japon, sont beaucoup plus représentés que les régions pauvres comme l’Afrique, l’Asie centrale et l’Amérique latine. Pourtant, même avec cet échantillon biaisé, deux conclusions se dégagent.

Premièrement, il y a une forte convergence mondiale vers cinq principes éthiques : la transparence, la justice et l’équité, la non-malfaisance, la responsabilité et la vie privée.

Deuxièmement, les gens ne s’entendent pas vraiment sur la signification de l’un ou l’autre de ces mots lorsqu’il s’agit de politique.

En utilisant plusieurs niveaux d’analyse de contenu, l’équipe a finalement distillé onze valeurs éthiques primordiales, la transparence étant le principe le plus fréquemment mentionné. Pourtant, aucune préoccupation éthique n’était commune à l’ensemble de la pile de documents, bien que certains thèmes sous-jacents communs aient émergé.

La conclusion finale est mitigée.

Commençons par le positif. Quel qu’en soit le motif, toutes les personnes impliquées dans l’IA réfléchissent à ses implications éthiques. Partout dans le monde, l’hémisphère occidental étant le plus représenté, les gens semblent s’entendre sur certains principes directeurs clés.

D’un autre côté de nombreuses régions du monde sont sous-représentées dans la discussion. Les solutions proposées pour relever les défis éthiques divergent considérablement. Compte tenu de la situation socioéconomique générale dans le monde, ce n’est peut-être pas surprenant, mais les résultats mettent encore plus l’accent sur la nécessité de faire participer consciemment les populations sous

La suite ici (Shelly Fan)

(Visited 18 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*