Laboratoire d'idées Deeptech for good : innovation et prospective

Ethique : pourquoi Google ralentit ses percées dans l’IA ?

Image parEnrique Meseguer de Pixabay

Google est devenu ce qu’il est en créant des nouvelles technologies avancées ouvertes à tous. Les entreprises et les particuliers peuvent utiliser les services de recherche et de messagerie de Google, ou exploiter ses algorithmes de ciblage et accéder à son audience dans le cadre de campagnes publicitaires. Pourtant, les progrès de Google dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA) semblent maintenant amener l’entreprise à repenser son approche ” faites ce que vous voulez “. Google a commencé à retenir ou à restreindre certaines de ses recherches et de ses services en matière d’IA afin de protéger le public d’une mauvaise utilisation.

Sundar Pichai, PDG de Google, a fait de “AI first” un slogan, mais la méfiance de l’entreprise à l’égard de la puissance de l’IA a parfois laissé ses concurrents prendre la tête. Par exemple, fin octobre, Google a annoncé la mise en place d’un service de reconnaissance faciale sur mesure qui identifie les célébrités. (Microsoft et Amazon ont lancé des services similaires en 2017.) En plus d’être en retard sur le marché, le détecteur de célébrités de Google intègre des restrictions strictes quant à qui peut l’utiliser. Google a décidé d’imposer certaines limites à la technologie après avoir examiné sa conformité aux principes d’éthique que l’entreprise a introduit l’an dernier.

Google a commencé à s’attaquer publiquement à la tension entre les promesses et les inconvénients potentiels de l’IA l’an dernier, en partie parce qu’il y était forcé. Le cofondateur Sergey Brin s’est émerveillé dans une lettre ouverte aux investisseurs que les récents progrès de l’IA constituaient ” le développement le plus important de mon vivant en informatique “, mais il a également averti que ” ces outils puissants apportent aussi de nouvelles questions et responsabilités “. La lettre a été publiée quelques jours seulement après que des employés aient protesté contre la participation de Google à un projet d’IA du Pentagone appelé Maven. La compagnie a déclaré qu’elle ne renouvellerait pas le contrat. Elle a également publié les principes éthiques de l’IA qui, selon elle, interdiraient des projets similaires à l’avenir, bien qu’ils permettent toujours de travailler sur certains sujets en rapport avec la défense.

Début 2019, Google a déclaré qu’il avait commencé à limiter l’accès d’une partie du code publié par ses chercheurs en IA pour éviter qu’il ne soit utilisé de façon inappropriée. La prudence persistante à l’égard de l’IA contraste avec la façon dont Google a continué de s’étendre dans de nouveaux secteurs d’activité, comme les soins de santé et les services bancaires, alors même que les organismes de réglementation et les législateurs parlent de mesures antitrust contre les entreprises technologiques.

La suite ici (Tom Simonite)

(Visited 202 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


%d blogueurs aiment cette page :