Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Facebook : 3 choses que nous ignorons sur le Libra

Image parPete Linforth de Pixabay

Le lancement par Facebook de sa nouvelle monnaie numérique, le Libra, pose au moins 3 questions importantes qu’il vaut la peine de se poser à ce stade.

Question 1 : s’agit-il vraiment d’une cryptomonnaie ?

La structure de distribution des réseaux sur lesquels s’appuient Bitcoin et Ethereum leur donne une qualité que de nombreux puristes considèrent comme essentielle à toute cryptomonnaie : la résistance à la censure. Il est extrêmement difficile et coûteux de manipuler les relevés de transactions des réseaux sans permission. Les réseaux comme celui que Facebook a décrit pour Libra sont plus vulnérables à la censure et à la centralisation du pouvoir, car ils ont un nombre relativement petit et limité d’intervenants qui pourraient être compromis ou regroupés pour attaquer le réseau.

Question 2 : le Libra va-t-il rendre les blockchains mainstream ?

Aujourd’hui, les chaînes de distribution publiques utilisent trop d’énergie et traitent les transactions trop lentement pour susciter la demande générale. C’est probablement le plus grand obstacle à l’adoption des cryptomonnaies. C’est pourquoi Facebook a choisi de ne pas utiliser la preuve de travail, le processus qu’utilise Bitcoin pour parvenir à un accord entre les nœuds du réseau de la blockchain, citant ses “mauvaises performances et ses coûts énergétiques (et environnementaux) élevés”. Le problème de la scalabilité est également la raison pour laquelle les chercheurs d’Ethereum travaillent d’arrache-pied pour trouver un nouveau substitut plus efficace à la preuve du travail, basé sur une approche alternative appelée preuve d’enjeu. Cette approche propose  d’aider les blockchains publiques à passer à l’échelle. C’est pourquoi Facebook souhaite que les jetons de Libra s’appuient sur la preuve d’enjeu. Néanmoins, sa mise en œuvre s’est jusqu’ici révélée difficile ; il faudra probablement des années avant qu’Ethereum ne soit prêt. Facebook, quant à lui, a créé la Libra Association, un consortium comprenant les validateurs approuvés du réseau, pour gouverner et développer le système.

Question 3 : quel est l’enjeu pour Facebook ?

La réponse n’est pas encore claire. David Marcus, qui a supervisé le projet Libra pour Facebook, a déclaré à Decrypt que les données financières et sociales ne seront pas “mélangées” et que les utilisateurs pourront séparer leur portefeuille numérique de leur profil Facebook. Il a également démenti les rumeurs selon lesquelles l’achat de 10 millions de dollars avait permis aux entreprises de validation d’avoir accès aux données sur les transactions.

Comment Facebook va gagner de l’argent ? Et qu’est-ce qui incite les entités à se joindre en tant que nœuds de validation ? Libra veut faire passer le nombre de 28 à 100 d’ici le lancement de la pièce de monnaie en 2020. Il y a peut-être des revenus à générer par le biais des frais de transaction. Si la devise numérique est un succès, ce sera formidable pour la marque Facebook et, en théorie, les entreprises qui participent au réseau verront apparaître de nouveaux types d’opportunités d’affaires. C’est un gros si, cependant. De nombreux projets blockchain ont échoué à répondre aux attentes et, malgré de nombreuses tentatives, personne n’a encore réussi à convaincre les consommateurs ordinaires d’utiliser la cryptomonnaie pour s’acheter des choses. C’est peut-être là que l’échelle massive de Facebook et la base de milliards d’utilisateurs de Facebook lui-même, WhatsApp et Instagram entrent en jeu.

La suite ici (Mike Orcutt)

(Visited 17 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*