Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Facebook et le grand défi de l’éthique numérique

Image parGerd Altmann de Pixabay

Facebook, Inc (comprenant l’application Facebook, Messenger, Instagram, WhatsApp, Facebook Audience Network, et ses autres applications, services et matériel) est devenue une nouvelle superpuissance mondiale, mais au lieu d’être une bombe atomique, elle combine des technologies pour étendre son influence à une échelle que nous ne pouvons tout simplement pas saisir. Facebook est parvenue à cette position dominante en combinant les médias sociaux, le mobile, le cloud et les technologies de big data. Or les régulateurs agissent trop lentement, laissant le géant technologique garder une ou deux longueurs d’avance.

Facebook a déjà un impact quotidien plus important sur la vie de certaines personnes que leur gouvernement. Aujourd’hui, ce que 2,7 milliards de personnes considèrent et interprètent comme la vérité au quotidien (et les quelque 40 milliards de dollars que les entreprises dépensent en publicité chaque année) est ” gouverné ” par une seule entreprise à but lucratif. Au travers de ses compétences en intelligence artificielle (IA), Facebook et ses algorithmes d’apprentissage machine décident beaucoup de qui a le droit de voir, tandis que ces algorithmes intègrent souvent involontairement le parti pris de leurs développeurs. Si Facebook a proposé de nommer ce que Zuckerberg appelle une ” cour suprême ” pour résoudre les problèmes de censure du contenu, cette organisme de surveillance supposé indépendant sera nommé par Facebook et est donc en conflit d’intérêts.

L’incursion de Facebook dans la cryptomonnaie est encore plus problématique qu’il n’y paraît. Cela a des répercussions sur l’identité numérique et la vie privée.

Facebook s’impose comme un nouveau type de superpuissance mondiale en superposant des technologies d’IA et de blockchain à celles déjà en place. Cette stratégie remet en question nos positions actuelles sur la liberté d’expression, la liberté de la presse, le rôle de la réglementation financière, l’applicabilité des lois antitrust, la fiscalité et bien d’autres outils dont nous disposons pour protéger la liberté de notre société.

Que se passe-t-il si des géants comme Facebook qui exercent une telle influence sur ce que nous voyons et achetons traitent maintenant des milliards de dollars en paiements via une monnaie numérique liée à notre système financier ? Le problème posé par le business “exponentiel” réside dans les défaillances potentielles du système mondial à une vitesse que nous ne pouvons pas comprendre. Nos normes éthiques et nos lois n’ont jamais eu à traiter avec des géants comme Facebook. Maintenant, c’est le cas.

La suite ici (Brian Hopkins)

(Visited 10 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*