Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Futur : et si nous portions tous des appareils auditifs “smart” pour améliorer notre vie ?

Image parGordon Johnson de Pixabay

L’oreille est l’équivalent biologique d’un port USB. Elle est sans pareil non seulement pour “écrire” vers le cerveau  mais aussi pour “lire” dans le cerveau. Bientôt, des appareils portables qui se glisseront dans nos oreilles (hearables) surveilleront nos signaux biologiques pour révéler quand nous sommes stressés sur le plan émotionnel et quand notre cerveau est surmené. Lorsque nous aurons de la difficulté à entendre ou à comprendre, ces appareils nous aideront de façon proactive à nous concentrer sur les sons que nous voulons entendre. Ils réduiront également les sons qui nous causent du stress, et se connecteront même à d’autres appareils autour de nous, comme les thermostats et les commandes d’éclairage, pour nous permettre de nous sentir plus à l’aise dans notre environnement.

Le matériel ou les logiciels nécessaires sont soit disponibles soit en cours de développement dans les laboratoires.

La forme limite la taille de la batterie. Or l’autonomie de la batterie reste un facteur déterminant qui nécessitera des innovations pour alimenter un grand nombre de capteurs et d’algorithmes d’apprentissage machine pendant plusieurs jours, sans rechargement. En ce qui concerne les capteurs, il en existe déjà capables de surveiller la fréquence cardiaque optiquement et d’autres qui peuvent mesurer l’activité de la fréquence cardiaque électriquement (comme c’est le cas avec les Apple Watch Series 4). D’autres capteurs surveillent l’oxygénation du sang. Des bagues, des montres et des timbres “suivent” le stress physique et émotionnel en mesurant la réponse galvanique de la peau. Des tensiomètres qui ressemblent à des bracelets ; des serre-tête qui suivent les ondes cérébrales ; et des timbres suivent l’attention et la somnolence en suivant les mouvements des yeux.

Il reste encore beaucoup de défis à relever pour que l’ergonomie des appareils auditifs soit optimale. La principale étant le contact, c’est-à-dire la façon dont les concepteurs peuvent assurer un contact continu adéquat entre l’écouteur et la peau du conduit auditif externe. Dans les années à venir, les enceintes intelligentes domestiques sauront anticiper vos besoins et vos désirs, et cette capacité sera directement transférée aux appareils auditifs.

Une grande partie de la recherche avancée sur les appareils auditifs se concentre actuellement sur le contrôle cognitif. Il s’agit de distinguer d’où proviennent les sons auxquels les gens prêtent attention,  et de déterminer si le cerveau travaille exceptionnellement fort, probablement parce qu’ils ont de la difficulté à entendre quelqu’un. Ce type d’appareil sera attrayant pour la plupart d’entre nous, et pas seulement pour les personnes atteintes d’un certain degré de perte auditive. Les sons et les exigences de nos environnements changent constamment et introduisent différents types de bruits concurrents, d’acoustique réverbérante et de distracteurs d’attention.

D’ici 5 ans, une nouvelle vague d’aides auditives intelligentes sera en mesure de reconnaître le stress, actuel et en anticipation. Pour ce faire, ces dispositifs intelligents recueilleront et combineront plusieurs types de données physiologiques, puis utiliseront des outils d’apprentissage en profondeur pour adapter l’analyse aux individus, afin de mieux repérer et prédire les niveaux de stress croissants. Les données qu’ils utiliseront incluront très probablement la fréquence du pouls, recueillies à l’aide de capteurs optiques ou électriques. Ces appareils audibles utiliseront probablement aussi des électrodes miniatures, placées sur leur surface, pour détecter les faibles champs électriques autour du cerveau. Les nerfs du vagus font partie d’une douzaine de paires de nerfs crâniens principaux. Ils vont du cerveau à l’estomac, un de chaque côté du corps, avec des branches qui traversent la peau près du nerf qui transporte l’information sensorielle de l’oreille interne au cerveau. Les médecins stimulent électriquement ces nerfs pour traiter l’épilepsie et la dépression, et les chercheurs testent cette stimulation pour le traitement des problèmes cardiaques, des troubles digestifs, de l’inflammation et autres maladies mentales et physiques.

La protection de la vie privée et la sécurité sont deux grands défis interdépendants auxquels font face les concepteurs de ces hearables. Bien qu’il y ait de nombreux avantages à ce que les vêtements portables surveillent constamment nos états internes et nos réactions à notre environnement, les gens peuvent être réticents à se soumettre à ce genre d’examen constant. Les entreprises, elles aussi, seront préoccupées par le fait que ces dispositifs puissent être piratées pour écouter des réunions à l’improviste.

La suite ici (Poppy Crum)

(Visited 27 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*