Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

GAFA : machines à éviter les impôts, à tuer des emplois, à “aspirer les âmes”

Au cours de la dernière décennie, Amazon, Apple, Facebook et Google ont agrégé plus de valeur économique et d’influence que presque aucune autre entité commerciale dans l’histoire. Ensemble, ils ont une capitalisation boursière de 2,8 trillions de dollars (le PIB de la France), soit 24% du Top 50 du S & P 500, ce qui équivaut à la valeur de toutes les actions cotées au Nasdaq en 2001. Amazon, c’est une capitalisation boursière de 591 milliards de dollars, c’est-à-dire plus que Walmart, Costco, TJ Maxx, Cible, Ross, Best Buy, Ulta, Kohl, Nordstrom, Macy’s, Bed Bath & Beyond, Saks / Lord & Taylor, Dillard, JCPenney et Sears réunis. Facebook et Google (maintenant connu sous le nom Alphabet) valent ensemble 1,3 milliard de dollars. Vous pourriez fusionner les cinq meilleures agences de publicité du monde (WPP, Omnicom, Publicis, IPG et Dentsu) avec cinq grandes sociétés de médias (Disney, Time Warner, 21st Century Fox, CBS et Viacom) et vous devriez encore ajouter cinq grandes sociétés de communication (AT & T, Verizon, Comcast, Charter et Dish) pour obtenir seulement 90% de ce que Google et Facebook valent ensemble. Et Apple? Avec une capitalisation boursière de près de 900 milliards de dollars, Apple est l’entreprise la plus rentable. Fait encore plus remarquable, la société enregistre des marges bénéficiaires de 32%, plus proches des marques de luxe Hermès (35%) et Ferrari (29%) que ses concurrents en électronique.

La seule façon de construire une entreprise équivalent en domination et en influence de masse est en la concevant comme un des principal organe humain pour que l’adoption de la plate-forme soit instinctive

1.Google : le cerveau

À mesure que les nations occidentales s’enrichissent, la religion joue un rôle moins important dans nos vies. Mais le vide entre les questions et les réponses demeure, créant une opportunité entreprenariale. À mesure que de plus en plus de gens s’éloignent de la religion traditionnelle, nous considérons Google comme notre oracle capable d’apporter des réponses immédiates et universelles triviales mais aussi rofondes. Google est notre “dieu” des temps modernes. Google est une sorte de cerveau, offrant des connaissances à tout le monde, quel que soit son origine ou son niveau d’éducation.

2. Facebook : le coeur

Facebook fait appel au coeur. Se sentir aimé est la clé du bien-être. Facebook donne à ses 2,1 milliards d’utilisateurs actifs mensuels des outils pour alimenter notre besoin d’aimer les autres. C’est satisfaisant de retrouver quelqu’un avec qui on est allé au lycée. C’est bon de savoir qu’on peut garder le contact avec des amis qui s’éloignent. Il faut quelques minutes, avec un “like” sur une photo de bébé ou un bref commentaire sur le post d’un ami, pour renforcer les amitiés et les relations familiales qui sont importantes pour nous.

3. Amazon : l’estomac

Nous avons psychologiquement besoin de toujours plus, juste comme l’estomac a besoin de plus de sucre, plus de glucides. A l’origine, cet instinct relevait de la survie : avoir trop peu signifiait la famine et une mort certaine, alors que trop manger ou boire était rare, et n’engendrait qu’un ballonnement ou une gueule de bois. Mais ouvrez vos placards ou vos armoires dès maintenant, et vous constaterez probablement que vous possédez 10 plus que vous n’en avez besoin. Rationnellement, nous savons que cela n’ a pas de sens, mais la société et notre cerveau supérieur n’ont pas éteint cet instinct qui nous posse à toujours voiloir plus.

4. Apple : reproduction

Le 2e instinct le plus puissant après la survie est la procréation. Un ordinateur Dell peut être puissant et rapide, mais il n’indique pas que vous êtes membre d’un groupe à la pointe de l’innovation comme le fait un MacBook Air. De même, l’iPhone est qu’un téléphone, ou même un smartphone. Les consommateurs ne paient pas 1 000 $ pour un iPhone X parce qu’ils sont passionnés par la reconnaissance faciale. Ils montrent ainsi qu’ils gagnent bien leur vie, apprécient les arts et ont un revenu élevé.


Les géants technologiques ont appris des “péchés” de leur prédecesseur, Microsoft. Le colosse semblait parfois considéré qu’il était au-dessus du trafic des campagnes de relations publiques et des lobbyistes pour adoucir son image auprès du public et des régulateurs. Les GAFA, au contraire, promeuvent une image de jeunesse et d’idéalisme, couplée à l’évangélisation du potentiel de la technologie pour sauver le monde.

Le gouvernement des Etats-Unis fonctionne avec un budget annuel d’environ 21% du PIB, de l’argent qui sert à garder less parcs ouverts et less forces armées armées armées. Est-ce que les GAFA paient leur juste part ? La plupart d’entre nous considère que non. Entre 2007 et 2015, Amazon n’a versé que 13 % de ses bénéfices en impôts, Apple 17 %, Google 16 % et Facebook seulement 4 %. En revanche, le taux d’imposition moyen du S&P 500 était de 27%.

Les GAFA détruisent des emplois. Facebook et Google ont probablement augmenté de 29 milliards de dollars leurs  revenus en 2017. Pour exécuter et gérer cette activité supplémentaire, ils créeront vingt mille nouveaux emplois bien rémunérés. Mais le revers de la médaille est moins brillant. La publicité, qu’elle soit numérique ou analogique, est une activité à faible croissance (de plus en plus plate), ce qui signifie que le secteur est en grande partie à somme nulle. Google ne gagne pas un dollar de plus en faisant croître le marché ; il prend un dollar à une autre entreprise. Si nous subsistuons ces géants aux 5 plus grandes sociétés de services médiatiques (WPP, Omnicom, Publicis, IPG et Dentsu) nous pouvons estimer que 29 milliards de dollars de revenus auraient nécessité la mobilisation d’environ 219 000 professionnels de la publicité traditionnelle. Les réussites économiques d’hier employaient beaucoup plus de gens que les entreprises qui font les gros titres aujourd’hui.

À l’heure actuelle, nous nous trouvons au beau milieu d’une grave défaillance du marché. Le gouvernement a été bercé par la fascination du public pour la technologie de pointe, alors que les GAFA ont réussi à préserver leurs pouvoirs de monopole sans faire face à une réglementation lourde. L’exploitation par les GAFA de l’antipathie à l’égard du gouvernement a été si efficace que la plupart d’entre nous en sont venus à oublier que la concurrence, pas moins que la propriété privée, le travail salarié, l’échange volontaire et un système de prix, est l’un des piliers indispensables du moteur capitaliste. Leur taille massive et leur puissance incontrôlée ont étouffé la concurrence sur les marchés et empêché l’économie de faire son travail, à savoir promouvoir une classe moyenne dynamique.

Le pouvoir incontrôlé des GAFA se manifeste le plus souvent comme une restriction envers la concurrence. Amazon est devenu une entreprise si dominante qu’elle est maintenant en mesure d’exécuter des astuces Jedi et d’infliger des dommages à des concurrents potentiels avant même qu’il n’entre sur le marché.

Le jour où Amazon a annoncé qu’il entrerait dans le domaine de l’approvisionnement des soins dentaires, le prix de l’action des sociétés concurrents a chuté de 4 à 5%. Lorsque Amazon a déclaré qu’elle vendrait des médicaments sur ordonnance, les actions des compagnies pharmaceutiques ont chuté de 3 à 5 %.

Et Facebook ? 85% du temps que nous passons sur nos téléphones est passé à utiliser une application. Facebook a même une base de données interne qui lui indique quand une application concurrente gagne du terrain sur ses utilisateurs, de sorte que le réseau social peut soit acquérir l’entreprise (comme il l’ a fait avec Instagram et WhatsApp) soit la “tuer” en imitant ses fonctionnalités (comme il essaie de le faire avec Stories and Bonfire, qui sont destinés à Snapchat et Houseparty).

Google, pour sa part, détient maintenant 92 % d’un marché, la recherche sur Internet, qui vaut 92,4 milliards de dollars à l’échelle mondiale. C’est plus que l’ensemble du marché publicitaire d’un pays à l’exception des États-Unis.

Apple a la marge bénéficiaire de Ferrari avec le volume de production de Toyota. Les utilisateurs d’Apple sont aussi parmi les plus fidèles : Spotify a deux fois plus d’abonnés qu’Apple Music, mais Apple compense l’écart en imposant une taxe de 30% sur ses concurrents.

(Visited 142 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*