Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Histoire méconnue de l’IA : comment les travailleurs du service mTurk d’Amazon se sont fait “exploiter” par la machine

Image parPollyDot de Pixabay

Au début des années 2000, Amazon a commencé à étendre ses services au-delà de la vente de livres. Au fur et à mesure que la variété des produits sur le site augmentait, l’entreprise a dû trouver de nouvelles façons de les classer et de les organiser. Une partie de cette tâche consistait à retirer des dizaines de milliers de produits en double qui apparaissaient sur le site Web.

Les ingénieurs de l’entreprise ont essayé de créer un logiciel capable d’éliminer automatiquement tous les doublons sur le site. L’identification et la suppression d’objets semblaient être une tâche simple, tout à fait à la portée d’une machine. Mais les ingénieurs ont vite abandonné, qualifiant le défi informatique d'”insurmontable”. Un manager d’Amazon, Venky Harinarayan, a trouvé une solution. Son brevet décrivait un ” système hybride machine/ordinateur humain ” qui décomposerait les tâches en petites unités ou ” sous-tâches ” et les distribuerait à un réseau de travailleurs humains. Dans le cas de la suppression des doublons, un ordinateur central pourrait diviser le site d’Amazon en petites sections et les envoyer aux travailleurs humains sur Internet. Les travailleurs pouvaient alors identifier les doublons dans ces petites unités et renvoyer leurs pièces du casse-tête.

Ce système distribué offrait un avantage crucial : les travailleurs n’avaient pas besoin d’être centralisés en un seul endroit, mais pouvaient plutôt effectuer les sous-tâches sur leur propre ordinateur personnel, où qu’ils se trouvent et quand bon leur semblait. Harinaryran a mis au point un moyen efficace de distribuer des travaux peu spécialisés mais difficiles à automatiser à un vaste réseau d’humains qui pourraient travailler en parallèle. La méthode s’est avérée si efficace dans les opérations internes d’Amazon que Jeff Bezos a décidé que ce système pourrait être vendu comme un service à d’autres entreprises.

Ainsi est né Amazon Mechanical Turk, ou mTurk pour faire court. mTurk est aujourd’hui un service florissant avec des centaines de milliers de travailleurs dans le monde. Si la plateforme en ligne constitue une source de revenus pour des personnes qui, autrement, n’auraient peut-être pas accès à l’emploi, les conditions de travail sont très discutables. Certains critiques ont soutenu qu’en gardant les travailleurs invisibles, Amazon avait facilité leur exploitation. Un document de recherche publié en décembre 2017 a révélé que les travailleurs gagnaient un salaire médian d’environ 2$ US de l’heure et que seulement 4 % gagnaient plus de 7,25 $ l’heure.

Il est intéressant de noter que mTurk est également devenu crucial pour le développement d’applications d’apprentissage machine. Dans l’apprentissage machine, un programme d’IA reçoit un vaste ensemble de données, puis apprend par lui-même à trouver des modèles et à tirer des conclusions. Les travailleurs de MTurk sont fréquemment utilisés pour construire et étiqueter ces ensembles de données de formation, mais leur rôle dans l’apprentissage machine est souvent négligé.

La suite ici (Oscar Schwartz)

(Visited 73 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*