Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Humain ou IA : difficile de distinguer l’auteur des tableaux

Le 14 février dernier, le professeur Ahmed Elgammal a lancé sur son ordinateur un nouvel algorithme générateur d’art et l’a regardé créer à la volée une série d’images étonnantes à couper le souffle. Deux semaines plus tard, Elgammal lui a fait passer une sorte de test de Turing pour comparer les oeuvres numériques aux dizaines de toiles de qualité musée. Au cours de l’étude randomisée en double aveugle, les sujets ont été incapables de distinguer les oeuvres générées par l’algorithme de deux ensembles d’échantillons d’œuvres renommées et créées par des artistes faits de chair et de sang. En fait, les images inventées par l’algorithme étaient souvent perçues par les sujets comme plus « innovantes » et « esthétiquement attrayantes » que l’art humain. Il en a résulté une rumeur venue troubler l’ordre artistique mondial : Watson avait appris à peindre comme Picasso.

La suite ici (René Chun)

Partager cet article: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someoneShare on RedditShare on Tumblr
Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Futurologue passionné par la 4e révolution "industrielle" impulsée par les NBIC, et par la singularité - Co-fondateur du think&do tank virtuel Paris Singularity - Membre actif de l'institut de recherche technologique virtuel envisioning.io

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*