Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

La Chine sur le point de dominer technologiquement le monde

Quelle est la principale différence entre les États-Unis et la Chine ? Pas que l’un est capitaliste et l’autre communiste. Mais plutôt, que l’un est géré par des avocats quand l’autre est géré par des ingénieurs.

Demandez aux gens aux États-Unis ou en Europe leur avis sur la technologie chinoise. La plupart estime encore de façon dédaigneuse que la Chine est encore le pays des copies pas chères. C’est ignorer l’extraordinaire transition du géant chinois vers le monde des hautes technologies, à tel point que de nombreux gouvernements du monde s’en alarment voir protestent sur les avancées réalisées sur certains domaines exploratoires.

Au début des années 2000, les ingénieurs chinois et les cadres du parti ont réalisé que le futur ne sourirait pas à l’usine du monde. Ils avaient développé les chaînes d’approvisionnement mondiales à faible coût, sans que les millions d’ouvriers chinois ne sortent réellement de la pauvreté, tout en important les composants à forte valeur ajoutée des fabricants situés aux États-Unis, au Japon, en Allemagne et Corée.

Ces ingénieurs ont vite compris que, pour construire une économie de consommation de classe moyenne, les travailleurs chinois devraient gagner des salaires beaucoup plus élevés ; ce qui signifiait augmenter la productivité et rappatrier la capacité technologique à intégrer des composants sophistiqués à forte valeur. Ce fut le point de départ du projet Made in China 2025 conçu pour attirer des milliards de dollars dans la recherche chinoise, l’acquisition de sociétés étrangères et de talents étrangers..

L’initiative Made in China 2025 est basée sur le modèle allemand Industrie 4.0. Ce qui est stupéfiant c’est la vitesse et l’efficacité avec lesquelles les ingénieurs ont construit ce plan. 19 laboratoires de données ont été établis dans les universités du pays. L’éducation STEM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) est prioritaire dans tout le pays. Un programme, « Qianren Jihua », traverse le monde pour attirer des scientifiques brillants. La Chine n’est pas seulement en train de se transformer : elle tire aussi bénéfice de son manque d’infrastructures technologiques existantes et d’un secteur privé hypercompétitif. Résultat, Huawei devenait en 2015 le plus grand émetteur mondial de nouveaux brevets internationaux. Selon l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle, les demandes nationales de brevets en Chine sont ainsi passées de rien au début du siècle à 928 000 en 2014, soit 40% de plus que les 579 000 US et presque trois fois plus que les 326 000 Japonais. Tant que la Chine est gouvernée par des ingénieurs, sa transformation restera fulgurante.

source

Partager cet article: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someoneShare on RedditShare on Tumblr
Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Futurologue passionné par la 4e révolution "industrielle" impulsée par les NBIC, et par la singularité - Co-fondateur du think&do tank virtuel Paris Singularity - Membre actif de l'institut de recherche technologique virtuel envisioning.io

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*