Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

La Chine utilise des applications de crédit social pour “gamifier le gouvernement “

Image parKurious de Pixabay

Chengxin Chunyun, une application réalisée par des agences gouvernementales locales, permet aux utilisateurs de prendre des photos de passagers indisciplinés dans les trains et les avions et de les télécharger sur la plate-forme avec une description des infractions. Il peut s’agir de faire la queue, de fumer et de se battre. En théorie, une fois qu’un incident a été vérifié, le passager gênant pourrait se voir interdire de prendre un vol à l’avenir. Chengxin Chunyun ne semble plus être actif, du moins pour le moment, mais ce n’est qu’une des nombreuses applications qui font partie des efforts de la Chine pour étendre son système de crédit social à travers le pays.

13 millions de personnes sont placées sur une liste noire de crédit maintenue par les tribunaux chinois, qui les empêche de prendre l’avion ou les trains à grande vitesse. Il y a maintenant au moins une douzaine d’applications qui permettent aux utilisateurs de faire des recherches dans la liste noire des “laolai”, des personnes qui n’ont pas respecté les ordonnances du tribunal et qui n’ont pas remboursé leurs dettes. L’une d’entre elles est l’application Laolai Checker, qui vous permet également de signaler un mauvais payeur.

Un tribunal de l’Est de la Chine encourage même les mouchards à dénoncer les mauvais payeurs locaux en envoyant des publicités à leurs amis et à leur famille sur WeChat, leur offrant de l’argent pour les pousser à la dénonciation. Vous vous demandez s’il y a des mauvais payeurs autour de vous en ce moment ? Il y a aussi un mini programme WeChat qui vous donne une carte montrant si ces derniers sont à moins de 500 mètres de vous (mais seulement dans une ville, Shijiazhuang).

La Chine a également conçu des douzaines de listes noires différentes, bien que généralement sans les applications de signalement d’un mauvais comportement. Il s’agit notamment de listes qui dénoncent les piétons et les touristes indisciplinés par le biais de la reconnaissance faciale, punissent ceux qui choisissent de manger leur nourriture dans le métro et, plus inquiétant, les personnes qui diffusent certains contenus en ligne.

Mais les gouvernements locaux ont également trouvé des moyens moins intrusifs de modifier le comportement des citoyens, et c’est là qu’interviennent les comparaisons avec Black Mirror. De nombreuses villes chinoises mettent à l’essai leurs propres applications du système de crédit social, qui comprennent des données recueillies par les administrations locales et la base de données sur le crédit social gérée par la Commission nationale de développement et de réforme (NDRC).

La suite ici (Masha Borak)

(Visited 12 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*