Laboratoire d'idées Deeptech for good : innovation et prospective

La reconnaissance faciale met-elle notre anonymat en danger ?

innovation deep tech éthique

Image par Pete Linforth de Pixabay

L. Bardon . - Début d'année, je découvrais une drôle de startup : Clearview AI. Créée par un développeur australien, l'application est capable de lier la photo d'une personne avec toutes ses photos publiques ainsi que tous les endroits où elles ont été prises. Ce système, d'une ampleur inédite, s'appuierait sur une base de données de plus de trois milliards d'images extraites de Facebook, Youtube, etc... Sans notre consentement. Selon la société, qui a refusé de fournir une liste, plus de 600 services répressifs ont commencé à utiliser Clearview l’année dernière.

Protester est un élément essentiel d’une  démocratie saine, un mégaphone qui attire l’attention des personnes au pouvoir et imposer le changement. Aux États-Unis, c’est un droit constitutionnel. Mais de plus en plus, les forces de l’ordre demandent des images et des séquences de protestation. Or, les dernières technologies leur donnent le pouvoir d’étendre toujours plus leur réseau de surveillance. Si des villes comme Oakland et Berkeley, en Californie, et Somerville et Brookline, dans le Massachusetts, ont interdit la reconnaissance faciale, d’autres villes du pays autorisent toujours la reconnaissance faciale et l’ont utilisée activement dans un passé récent pour faire respecter la loi.

Les algorithmes de reconnaissance faciale identifient les personnes en les recherchant et en les faisant correspondre à des images étiquetées dans de vastes bases de données. Ces bases de données peuvent se limiter à des photos d’identité ou inclure des groupes beaucoup plus importants, comme les photos de permis de conduire. Dans un exemple particulièrement controversé, la start-up Clearview AI a constitué une base de données de milliards d’images provenant de milliers de sites en ligne sans consentement – y compris de Facebook et YouTube – et a vendu l’accès à la base de données et au logiciel de reconnaissance faciale à des centaines d’agences de maintien de l’ordre.

Les smartphones diffusent une multitude d’informations qui peuvent être interceptées et enregistrées. Et si nous, les humains, reconnaissons les gens à partir de leur visage ou leur voix, les algorithmes permettant ce type de surveillance n’ont pas ces limites. Souvent, ils sont capables de détecter des modèles que nous ne pouvons pas voir et que nous ne comprenons pas nécessairement. Les chercheurs ont montré que les algorithmes peuvent identifier les gens par leur démarche ou leur rythme cardiaque (mesuré par laser à 200 mètres). Il n’existe peut-être pas encore de base de données sur les allures et les battements de cœur, mais la technologie est là.

La suite ici (Jason Dorrier)

(Visited 58 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

%d blogueurs aiment cette page :