Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

La vie privée va-t-elle survivre au futur ?

La protection de la vie privée va devenir de plus en plus difficile à mesure qu’émergent des technologies telles que la réalité virtuelle, l’Internet des objets, les interfaces neuronales, etc… Les casques de réalité virtuelle collectent déjà des informations sur les emplacements des utilisateurs et les mouvements physiques. Dans le futur, toutes nos expériences émotionnelles, nos réactions et nos interactions au sein d’un monde virtuel pourront être consultées et analysées. À mesure que la réalité virtuelle devient plus immersive et indiscernable de la réalité physique, les entreprises technologiques pourront collecter une quantité de données inédite. L’Internet des objets permettra aux entreprises de récupérer les données de nos maisons, villes et institutions. Les drones peuvent aussi espionner notre vie quotidienne. À mesure que la quantité de données génétiques recueillie augmente, la « vie privée » de nos gènes sera également compromise. En adoptant une vision encore plus prospective, des entreprises comme Neuralink, qui tentent de fusionner le cerveau humain avec des machines, pourraient avoir d’immenses implications pour la vie privée. Les entreprises spécialisées dans le marketing pourraient mieux comprendre la façon dont les consommateurs pensent et modifient leurs pensées. Les employeurs pourraient utiliser l’information pour trouver de nouvelles façons d’améliorer la productivité ou même de surveiller leurs employés. Il y aura notamment également des risques de « piratage du cerveau », autour desquels nous devrions prendre d’extrêmes précautions.

Bien que l’argument visant à protéger la vie privée et l’information des individus soit valide dans une certaine mesure, nous devrions également accepter la possibilité que la vie privée devienne obsolète à l’avenir. Notre société est de plus en plus ouverte. Nous partageons volontairement nos identités, nos intérêts, nos points de vue et nos personnalités. Si bien que la tendance positive vers la transparence de masse et la nécessité de protéger la vie privée semblent en contradiction. Beaucoup préconisent une décentralisation massive et l’ouverture de l’accès à l’information au travers de mécanismes comme la blockchain. La politique a toujours été trop lente pour s’adapter aux implications sociétales et éthiques du progrès technologique. Et parfois, de mauvaises lois peuvent faire plus de mal que de bien.

La suite ici (Raya Bidshahri)

Partager cet article: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someoneShare on RedditShare on Tumblr
Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Futurologue passionné par la 4e révolution "industrielle" impulsée par les NBIC, et par la singularité - Co-fondateur du think&do tank virtuel Paris Singularity - Membre actif de l'institut de recherche technologique virtuel envisioning.io

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*