Laboratoire d'idées Deeptech for good : innovation et prospective

Le gouvernement indien oblige les citoyens à utiliser son application de tracking covid19

Image par Gerd Altmann de Pixabay

“Nous avons battu Pokémon Go”, déclare Arnab Kumar en souriant, qui dirige le développement du service pour le gouvernement indien. Bien que la croissance du nombre de téléchargements de l’application soit sans précédent, sa véritable singularité réside dans un autre élément : si vous ne l’installez pas, vous risquez de perdre votre emploi, de recevoir une amende ou d’aller en prison.

L’Inde est actuellement la seule nation démocratique au monde qui a rendu son application de tracking contre le coronavirus obligatoire pour des millions de personnes, selon le Covid Tracing Tracker du MIT Technology Review, une base de données d’applications mondiales de recherche de contacts. Alors que la politique officielle est que le téléchargement de l’application est volontaire, en vérité les employés du gouvernement sont tenus de l’utiliser, tandis que les principaux employeurs privés et les propriétaires l’imposent également. La ville de Noida aurait infligé une amende et menacé d’arrêter toute personne qui n’installerait pas l’application sur son téléphone.

La base de données du MIT Technology Review montre que l’application indienne est également unique à bien d’autres égards. De nombreux pays développent des services limités qui utilisent le Bluetooth ou le GPS pour donner des “notifications d’exposition” aux personnes qui ont interagi avec une personne atteinte de covid-19. L’application indienne, cependant, est un projet global de grande envergure qui dépasse de loin ce que la plupart des autres pays sont en train de mettre en place.

Elle permet de suivre les contacts Bluetooth et leur localisation, comme le font beaucoup d’autres applications, mais donne également à chaque utilisateur un badge à code couleur indiquant le risque d’infection. En outre, Aarogya Setu (qui signifie “un pont vers la santé” en hindi) offre également un accès à la télémédecine, à une cyberpharmacie et à des services de diagnostic. Il est sur la liste blanche de toutes les entreprises indiennes de télécommunications, ce qui fait que son utilisation n’entre pas en ligne de compte dans les limites des données mobiles.

Ce qui manque à l’application la distingue également. L’Inde n’a pas de loi nationale sur la protection des données. Il n’existe pas de politique ou de conception solide et transparente limitant l’accès ou l’utilisation des données à ce stade. La liste des développeurs, largement composée de bénévoles du secteur privé, n’est pas entièrement publique.

Nombre de ces difficultés sont dues à un manque de transparence. Ni la politique de confidentialité ni les conditions de service de l’application n’étaient accessibles au public au moment de la publication, et les développeurs ne les ont pas partagées malgré les demandes. Comme l’application n’est pas open source, son code et ses méthodes ne peuvent pas être facilement examinés par des tiers, et il n’y a pas de clause de temporisation publique indiquant quand l’application cessera d’être obligatoire, bien que M. Kumar indique que les données sont supprimées sur une base continue après, au maximum, 60 jours pour les personnes malades et 30 jours pour les personnes en bonne santé. Et il n’y a pas de feuille de route claire quant à l’étendue de l’action du gouvernement national et des gouvernements des États indiens : un rapport récent indique que le gouvernement veut que l’Aarogya Setu soit préinstallé sur tous les nouveaux smartphones ; un autre indique que l’application pourrait bientôt être obligatoire pour les voyages.

La suite ici (Patrick Howell O’Neill)

(Visited 24 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


%d blogueurs aiment cette page :