Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Le séquençage du génome et les sénolytiques pourraient booster la qualité & l’espérance de vie

Les causes du vieillissement sont extrêmement complexes et confuses. Entre la démonétisation spectaculaire de la lecture et de l’édition du génome au cours de la dernière décennie, et les grandes sociétés pharmaceutiques, les startups et la FDA qui commencent à considérer le vieillissement comme une maladie, les chercheurs commencent à identifier des moyens pratiques d’étendre notre longévité.

Séquençage et édition du génome

Depuis 2001, le coût du séquençage d’un génome humain entier a chuté de façon exponentielle. Il est passé d’un coût initial de 3,7 milliards de dollars, à 10 millions de dollars en 2006 et à 5 000 $ en 2012. Aujourd’hui, le coût du séquençage du génome est inférieur à 500 $. Selon Illumina, le leader mondial du séquençage, le séquençage coûtera bientôt environ 100 $ et prendra environ une heure pour le terminer. Quand nous comprendrons votre génome, nous pourrons comprendre comment l’optimiser. Nous identifierons les aliments, les médicaments et les exercices physique correspondant parfaitement à notre biologie, individuellement. Nous comprendrons quels types de microbiomes, ou flore intestinale, sont idéaux pour vous. Nous saurons prévoir avec précision l’impact que certains sédatifs et médicaments spécifiques auront sur vous. Enfin, les médecins sauront quelles maladies et affections vous êtes le plus susceptible de développer et, plus important encore, la meilleure façon de les prévenir au départ.

L’édition de gènes avec CRISPR

Ce système d’édition a été conçu en adaptant un système de défense naturel trouvé dans les bactéries.

Les bactéries capturent des fragments d’ADN provenant de virus envahisseurs et les utilisent pour créer des segments d’ADN connus sous le nom de réseaux CRISPR. Les réseaux CRISPR permettent aux bactéries de “se souvenir” des virus (ou des virus étroitement apparentés) et de se défendre contre les invasions futures. De sorte que si les virus attaquent à nouveau, les bactéries produisent des segments d’ARN à partir des réseaux CRISPR pour cibler l’ADN des virus. La bactérie utilise ensuite Cas9 pour séparer l’ADN, ce qui désactive le virus.

Plus important encore, CRISPR est bon marché, rapide, facile à utiliser et plus précis que toutes les méthodes précédentes de modification génétique. En conséquence, CRISPR/Cas9 a envahi les laboratoires du monde entier pour devenir l’outil d’édition du génome.

Les premiers résultats sont impressionnants. Des chercheurs de l’Université de Chicago ont récemment utilisé CRISPR pour modifier génétiquement la résistance à la cocaïne chez la souris. Des chercheurs de l’University of Texas Southwestern Medical Center ont utilisé CRISPR pour inverser le défaut génétique qui cause la dystrophie musculaire de Duchenne (DMD) chez le chien (la DMD est la maladie génétique mortelle la plus courante chez les enfants).

Un grand pouvoir s’accompagne d’une grande responsabilité et de dilemmes moraux et éthiques.

Senolytiques, nutraceutiques et pharmaceutiques

Au cours de notre vie, les cellules de votre corps se divisent jusqu’à ce qu’elles atteignent ce qu’on appelle la limite de Hayflick, ou le nombre de fois qu’une population cellulaire humaine normale se divise avant que la division cellulaire ne cesse. Ce chiffre est généralement d’environ 50 divisions. Après quoi soit la cellule meurt soit elle est détruite par le système immunitaire. Cependant, une très petite fraction de ces cellules échappe au grand nettoyage. Elles deviennent sénescentes. Ces cellules persistantes sécrètent un puissant mélange de molécules qui déclenche une inflammation chronique, endommage les structures tissulaires environnantes et modifie le comportement des cellules voisines. Les cellules sénescentes semblent être l’une des causes majeures du vieillissement, causant tout, de la fibrose et de la calcification des vaisseaux sanguins à des conditions inflammatoires localisées comme l’arthrose, en passant par la diminution de la fonction pulmonaire.

De sorte que des entreprises ont décidé de s’y attaquer :

  • Unity Biotechnology développe des médicaments sénolytiques pour cibler et éliminer les cellules sénescentes en se concentrant dans un premier temps sur l’administration d’un traitement localisé contre l’arthrose, l’ophtalmologie et les maladies pulmonaires
  • Oisin Biotechnologies est à l’avant-garde d’une thérapie génique programmable qui peut détruire des cellules grâce à leur biochimie interne
  • SIWA Therapeutics travaille sur une approche d’immunothérapie du problème des cellules sénescentes.

Au cours des dernières années, les chercheurs ont identifié ou conçu une poignée de composés sénolytiques qui peuvent freiner le vieillissement en régulant les cellules sénescentes. La rapamycine et la metformine sont deux de ces médicaments qui ont fait l’objet de recherches approfondies.

La Rapamycine provient de bactéries présentes sur l’île de Pâques. Elle agit pour bloquer sélectivement une protéine clé qui facilite la division cellulaire. Actuellement, les dérivés de la rapamycine sont largement utilisés comme immunosuppresseurs dans les greffes d’organes et de moelle osseuse. La recherche suggère maintenant que l’utilisation de ces médicaments prolonge la durée de vie et améliore les fonctions cognitives et immunitaires.

La metformine est un médicament générique largement utilisé pour atténuer la production de sucre dans le foie chez les patients atteints de diabète de type 2. Les chercheurs ont découvert que la metformine réduit également le stress oxydatif et l’inflammation, qui sinon augmentent avec l’âge. Plus de 100 études enregistrées sur ClinicalTrials.gov font actuellement le suivi de preuves solides de l’effet protecteur de la metformine contre le cancer.

Au-delà de la sénescence cellulaire, certains nutriments et protéines majeurs ont tendance à diminuer en fonction de l’âge. Les nutraceutiques luttent contre le vieillissement en complétant et en reconstituant les niveaux de nutriments en baisse. NAD+ existe dans chaque cellule, participant à tous les processus, de la réparation de l’ADN à la création de l’énergie vitale pour les processus cellulaires. Il a été démontré que les niveaux de NAD+ diminuent avec l’âge. Le supplément Elysium Health Basis vise à augmenter les niveaux de NAD+ dans l’organisme pour prolonger la durée de vie. L’étude clinique d’Elysium rapporte que Basis augmenterait les niveaux de NAD+ de 40 %.

La suite ici (Peter H. Diamandis)

(Visited 107 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*