Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Les 4 vagues de l’IA : qui sera maître du futur de l’IA ?


La première vague : IA “Internet”

Dans cette première étape du déploiement de l’intelligence artificielle (IA), il s’agissait principalement de moteurs de recommandation (des systèmes algorithmiques qui apprennent à partir d’une masse de données d’utilisateurs pour conserver un contenu en ligne personnalisé pour chacun d’entre nous). Ces cascades de données étiquetées ont permis la constitution d’une image détaillée de notre personnalité, de nos habitudes, de nos exigences et de nos désirs : la recette parfaite pour un contenu plus personnalisé afin de nous rendre captif d’une plate-forme donnée. Bien que vous ayez certainement entendu parler d’Alibaba et de Baidu, vous n’êtes probablement jamais tombé sur Toutiao.

Dotés d’un traitement du langage naturel et de la vision par ordinateur, les moteurs d’IA de Toutiao interrogent un vaste réseau de sites et de contributeurs différents, réécrivent les titres pour optimiser l’engagement des utilisateurs et traitent le comportement en ligne de chaque utilisateur (clics, commentaires, temps d’engagement) pour créer des fils de nouvelles personnalisés pour des millions de consommateurs. Et comme les utilisateurs s’impliquent de plus en plus dans le contenu de Toutiao, les algorithmes de l’entreprise s’améliorent de plus en plus dans la recommandation de contenu, l’optimisation des titres et la fourniture d’un flux vraiment personnalisé. C’est ce type de boucle de rétroaction positive qui alimente aujourd’hui les géants de l’IA.

La deuxième vague : IA “Business”

Alors que l’IA sur Internet profitait du fait que les internautes étiquetaient constamment les données via des clics et d’autres mesures d’engagement, l’IA commerciale exploite les données que les entreprises traditionnelles ont déjà étiquetées dans le passé. Tandis que nous fondons nos prédictions sur des causes profondes évidentes (caractéristiques fortes), les algorithmes d’IA peuvent traiter des milliers de variables faiblement corrélées (caractéristiques faibles). En recherchant les corrélations cachées qui échappent à notre logique linéaire de cause à effet, l’IA “Business” tire parti des données étiquetées pour former des algorithmes plus performants même pour les experts les plus expérimentés. Appliquez ces moteurs d’IA formés aux données aux opérations bancaires, à l’assurance ou à la détermination d’une peine de prison, et vous obtenez des taux de défaut minimisés, des primes optimisées et des taux de récidive qui chutent en flèche.

La troisième vague : IA “Perception”

Dans cette vague, l’IA s’enrichit d’yeux, d’oreilles et d’une myriade d’autres sens, fusionnant ainsi le monde numérique avec nos environnements physiques. Alors que les capteurs et les dispositifs intelligents prolifèrent dans nos foyers et nos villes, nous sommes sur le point d’entrer dans une économie intégrant des milliards de capteurs. Des entreprises comme Xiaomi, en Chine, produisent des millions d’appareils connectés, tandis que des équipes de chercheurs ont déjà commencé à prototyper des particules intelligentes (cellules solaires et capteurs) capables de stocker et communiquer des tonnes de données partout et en tout temps.

Aujourd’hui, la ville de départ pour les start-ups, les robots de construction, les drones, la technologie portable et l’infrastructure IoT, Shenzhen, s’est transformée en une centrale électrique pour le matériel intelligent. En mettant le paquet sur les capteurs et les composants électroniques via des milliers d’usines, les ingénieurs qualifiés de Shenzhen peuvent réaliser des prototypes et des itérations de nouveaux produits à une échelle et à une vitesse sans précédent. Grâce à l’appui du gouvernement chinois et à la politique de la Chine à l’égard de la protection des données personnelles, l’Empire du Milieu pourrait détenir 80% du marché d’ici 5 ans.

La quatrième vague : IA “autonome”

La vague la plus monumentale et imprévisible est la quatrième et dernière.

En bénéficiant des apports de toutes les vagues précédentes, l’IA autonome donne aux machines la capacité de détecter et de réagir au monde qui les entoure, ce qui leur permet de se déplacer et d’agir de manière productive.

Alors que les machines d’aujourd’hui peuvent déjà nous surpasser sur des tâches répétitives dans des environnements structurés et même non structurés, des machines qui seraient capables de voir, entendre, toucher et optimiser les données nous ferait changer de paradigme. L’IA autonome implique que les robots qui créeront une valeur économique directe en se substituant à l’Homme par exemple finiront par réorganiser des industries entières de fond en comble. Le nouveau voisin de Pékin, Xiong’an, est impliqué dans un projet financé par le gouvernement. Xiong’an New Area pourrait devenir un jour la première ville au monde construite autour de véhicules autonomes, avec plus de 580 milliards de dollars de dépenses d’infrastructure prévues sur les 20 prochaines années. Baidu travaille déjà avec le gouvernement local de Xiong’an pour construire 1 ville géré par l’IA au service d’un objectif environnemental. Parmi les possibilités, mentionnons le ciment à capteurs, les feux de circulation compatibles avec la vision par ordinateur, les intersections avec reconnaissance faciale, etc…

La suite ici (Peter H. Diamandis)

(Visited 310 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Signets du jour (weekly) | ticechampagnole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*