Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Les 7 domaines dans lesquels CRISPR prendra encore de l’ampleur en 2017

CRISPR transforme le travail de beaucoup de scientifiques dans de nombreux domaines différents. Pour le moment, une grande partie des travaux restent expérimentaux : prouver que l’on peut utiliser CRISPR pour contrôler la transcription (faire une copie ARN d’une séquence de gène), modifier l’épigénome, ou l’image du génome au sein des cellules vivantes. Mais à mesure les scientifiques sont de plus en plus enthousiastes sur le potentiel d’utilisation de CRISPR.

1) Comprendre le rôle de chaque gène

By knocking out certain genes and then looking at what effects that has, the technology has the potential to help scientists vastly improve their understanding of different genomes.

En “désactivant” certains gènes et en examinant les effets qui en découlent, CRISPR permet aux scientifiques d’améliorer considérablement leur compréhension des différents génomes.

2) Développer des plantes pour améliorer la sécurité alimentaire

Right now, he says he’s working on herbicide-tolerant varieties of cassava for smallholder farmers in Africa.

Dan Voytas, un généticien spécialiste des plantes, dirige un laboratoire qui développe des méthodes pour utiliser CRISPR afin de modifier de façon ciblée le génome des plantes. À l’heure actuelle, il travaille sur la conception de variétés de manioc tolérantes aux herbicides pour les petits agriculteurs d’Afrique.

3) Identifier des traitements potentiels contre Alzheimer

Martin Kampmann est biologiste cellulaire à l’Institut des maladies neurodégénératives de l’Université de Californie à San Francisco. Il participe au développement d’une plate-forme basée sur CRISPR pour identifier les gènes contrôlant les processus favorisant le développement de maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson.

4) Développer de nouveaux traitements contre le cancer

Les scientifiques sont déjà en train d’explorer comment CRISPR pourrait être utilisée pour traiter certains types de cancer. Une équipe de chercheurs de l’Université de Pennsylvanie a récemment obtenu l’approbation d’un petit essai clinique en 2017. Les chercheurs retireront quelques cellules immunitaires à 18 patients et utiliseront CRISPR pour modifier ces cellules afin de les rendre plus efficaces dans le ciblage et la destruction des cellules cancéreuses. Ils vont ensuite transplanter ces cellules éditées dans les patients.

5) Réduire notre dépendance aux produits pétrochimiques

Currently, the world relies on the hydrocarbon molecules found in fossil fuels to create materials like plastics. But with CRISPR, we could conceivably change that.

One team at the University of California Riverside has been exploring how to use CRISPR to manipulate and control a type of yeast that transforms sugars into hydrocarbons.

Le monde s’appuie actuellement sur les molécules d’hydrocarbures trouvées dans les combustibles fossiles pour créer des matériaux comme les plastiques. Une équipe à l’Université de Californie Riverside continue d’explorer comment utiliser CRISPR pour manipuler et contrôler un type de levure qui transforme les sucres en hydrocarbures.

6) Utiliser les plantes pour concevoir des médicaments et vaccins

Pharmaceutical makers use all kinds of different systems to produce drugs and vaccines, including bacteria, yeast, and mammal cells. Lately, they’ve been especially keen on turning plants or plant cells into factories for metabolites and proteins. Plants work well because they’re strong, cheap, and have a low risk of contamination with toxins or pathogens. This goes by the name of “molecular pharming.”

Les fabricants pharmaceutiques utilisent toutes sortes de systèmes différents pour produire des médicaments et des vaccins, y compris des bactéries, des levures et des cellules de mammifères. Ils essaient maintenant de transformer des plantes ou des cellules végétales en “usines” pour les métabolites et les protéines. Les plantes fonctionnent bien parce qu’elles sont fortes, bon marché et ont un faible risque d’être contaminées par des toxines ou des agents pathogènes. Cela s’appelle la moléculture.

7) Détruire les virus comme le HIV, l’herpès et l’hépatite

While researchers have come a long way in developing treatments for HIV, herpes, hepatitis, and human papilloma virus, or HPV, they still cause disease and still can’t quite be definitively cured. Bryan Richard Cullen at Duke Medical Center says CRISPR can be used to target and destroy these persistent DNA viruses in ways researchers haven’t be able to before.

Alors que les chercheurs ont parcouru un long chemin pour développer des traitements contre HIV, l’herpès, l’hépatite et le virus du papillome humain, ces virus causent encore la maladie et ne peuvent pas être définitivement guéris. Selon Bryan Richard Cullen du Duke Medical Center, CRISPR peut être utilisé pour cibler et détruire ces virus persistants d’une façon totalement inédite.

La suite ici

(Visited 76 times, 1 visits today)

Partager cet article: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someoneShare on RedditShare on Tumblr
Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*