Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Les machines pourraient mettre au chômage 50% d’entre nous d’ici 30 ans

AI unemployment

 

 

 

 

 

Les machines pourraient mettre au chômage 50% d’entre nous d’ici 30 ans d’après l’expert Moshe Vardi. « Nous approchons du moment où les machines seront plus performantes que les humains dans n’importe quelle tâche. Je crois que la société doit se confronter à cette question avant qu’elle ne surgisse d’elle même : si les machines ont la capacité de remplacer les humains dans leurs travails, que feront les humains ? » Vari, professeur à la Rice University a affirmé que l’intelligence artificielle pourrait nous conduire à un taux de chômage mondial de 50%, balayant les classes du milieu et exacerbant les inégalités. Contrairement aux précédentes révolutions industrielles Vardi a dit que la révolution de l’intelligence artificielle n’opposera pas des ouvriers humains à des machines, mais plutôt une lutte entre l’esprit humain et l’intelligence et la force mécanique.

La suite ici

Partager cet article: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someoneShare on RedditShare on Tumblr
Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Futurologue passionné par la 4e révolution "industrielle" impulsée par les NBIC, et par la singularité - Co-fondateur du think&do tank virtuel Paris Singularity - Membre actif de l'institut de recherche technologique virtuel envisioning.io

Contact: Twitter | Plus d'articles

2 Commentaires le Les machines pourraient mettre au chômage 50% d’entre nous d’ici 30 ans

  1. Beaucoup d’excellents articles, mais s’ils pouvaient être un peu plus en Français… Les traductions informatiques restent épouvantables. On en vient à douter de l’intelligence artificielle, même dite faible.

  2. Merci pour votre commentaire.
    Content que vous trouviez les articles excellents. Nous nous efforçons d’identifier le meilleur du meilleur quotidiennement pour le partager.

    Nous synthétisons les articles anglophones en français et donnons éventuellement notre point de vue sur le sujet traité. Nous ne sommes malheureusement pas encore dimensionné pour envisager de traduire les articles en entier.

    Par ailleurs nous écrivons régulièrement des éditos personnels dans la langue de Molière.

    Enfin concernant l’intelligence artificielle le phénomène est assez courant. Buzz -> déception -> la technologie dépasse nos attentes initiales.
    Je crois à la fin de la barrière des langues grâce à la technologie. Ca viendra plus vite qu’on ne le pense. Pour l’instant c’est effectivement largement perfectible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*