Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

L’Inde essaie de construire le plus grand système de reconnaissance faciale au monde

Image parMurthy SN de Pixabay

Localiser des milliers d’enfants disparus n’est qu’un des défis auxquels est confrontée une force de police indienne surchargée dans un pays de 1,37 milliard d’habitants. L’Inde ne compte que 144 policiers pour 100 000 habitants, contre 318 pour 100 000 habitants dans l’Union européenne. Ces dernières années, les autorités se sont donc tournées vers la technologie de reconnaissance faciale pour y pallier. Les organismes d’application de la loi de New Delhi ont adopté cette technologie en 2018, et elle est également utilisée pour surveiller les grands événements et lutter contre la criminalité dans une poignée d’autres États, dont l’Andhra Pradesh et le Penjab.

Mais le gouvernement indien a maintenant un plan beaucoup plus ambitieux. Il veut construire l’un des plus grands systèmes de reconnaissance faciale au monde. En cible, les services de police des 29 États et des sept territoires de l’Union du pays auraient accès à une base de données centralisée et unique. La création de la plate-forme centralisée ne sera pas la partie la plus difficile. Disséminer suffisamment de caméras de surveillance dans tout le pays, en particulier des caméras de pointe équipées d’une technologie de reconnaissance faciale, constituera un défi beaucoup plus important. L’Inde accuse aujourd’hui un retard par rapport à d’autres pays dans ce domaine. New Delhi compte 10 caméras de vidéosurveillance pour 1 000 habitants, contre 113 à Shanghai et 68 à Londres, selon les données compilées par le site Internet Comparitech. Ce chiffre est beaucoup plus faible dans les zones rurales de l’Inde, où vivent 66 % de la population du pays.

Pour les défenseurs de la vie privée, ce programme soulève des inquiétudes. Le système de reconnaissance faciale de l’Inde pourrait devenir un outil de police sociale, utilisé pour punir les délits mineurs tels que les détritus publics ou pour contrôler le sort des minorités ethniques. Il pourrait même être relié à Aadhaar, la vaste base de données biométriques de l’Inde, qui contient les données personnelles de 1,2 milliard de citoyens indiens, ce qui permettrait à l’Inde de mettre en place “un État de surveillance totale et permanente”, ajoute-t-il.

La suite ici (Julie Zaugg)

(Visited 13 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*