Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Malgré la controverse sur les bébés CRISPR, l’Université Harvard va commencer à éditer les gènes du sperme


Derrière la tumulte générée par l’annonce controversée en Chine d’une expérience en cours (1 scientifique prétend avoir créé des jumelles dont les gènes ont été modifiés pour les protéger du VIH) , la recherche pour améliorer la prochaine génération d’humains est également en cours aux États-Unis.

À l’Institut des cellules souches de l’école, Werner Neuhausser, médecin et scientifique spécialiste de la FIV, dit qu’il prévoit de commencer à utiliser CRISPR, l’outil de modification génétique, pour modifier le code de l’ADN dans les spermatozoïdes. Ce dernier veut démontrer qu’il est possible de créer des bébés FIV avec un risque considérablement réduit de développer la maladie d’Alzheimer. Pour être clair, il n’y a ni embryons, ni tentative de faire un bébé. Pas encore. Pas encore. Au lieu de cela, les chercheurs s’entraînent à modifier l’ADN des spermatozoïdes prélevés dans le cadre de la FIV de Boston, un vaste réseau national de cliniques de fécondation. Il s’agit encore d’une recherche fondamentale et non publiée. Pourtant, dans son objectif, le projet est similaire au travail entrepris en Chine et soulève la même question fondamentale : la société veut-elle que les enfants aient des gènes modifiés pour réduire le risque de contracter des maladies ?

La suite ici (Antonio Regalado)

(Visited 71 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*