Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Oubliez les voitures autonomes, les bateaux autonomes sont presque là

Les navires contrôlés à distance, pilotés par des personnes à terre, et les navires autonomes vont aussi bénéficier des développements dans les capteurs électroniques, les télécommunications et l’informatique ; tout comme les voitures, les avions, les hélicoptères, les trains.

Rolls-Royce, en particulier, a monté un projet en Finlande appelé Advanced Autonomous Waterborne Applications (AAWA). Les participants veulent développer les technologies nécessaires pour qu’un navire télécommandé ou entièrement autonome puisse opérer dans les eaux côtières avant la fin de la décennie. Pourquoi c’est important ? Parce que ces navires devraient être plus sûrs, plus efficaces et moins coûteux. Selon un rapport publié par la compagnie d’assurance Munich Allianz en 2012, entre 75 et 96% des accidents maritimes sont dus à une erreur humaine, souvent du fait de la fatigue. De plus, la menace inhérente aux actes de piraterie serait également réduite. Les navires autonomes pourraient être conçus avec une plus grande capacité de chargement et une plus faible résistance au vent. Enfin, ces bateaux intelligents répondront également à la pénurie croissante de personnes qui possèdent les compétences maritimes requises.

Les essais de ces navires sont plus proches que vous ne le pensez. L’Autorité maritime norvégienne et l’Administration côtière norvégienne ont signé un accord permettant des essais en mer dans le fjord de Trondheim, le premier endroit au monde désigné pour être le théâtre de l’essai des navires autonomes. Entre-temps, en Finlande, une association dénommée Finnish Marine Industries, le ministère des Transports et des Communications et Tekes (l’agence finlandaise de financement de l’innovation) ont rejoint Rolls-Royce et d’autres entreprises pour développer et explorer le transport maritime autonome en mer Baltique. Attendez-vous à l’apparition d’un tel navire d’ici 2020. D’ici 2025, certaines compagnies maritimes opéreront des navires sans personnel à bord en haute mer. 5 ans plus tard, les navires océaniques autonomes seront monnaie courante.

La suite ici

Partager cet article: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someoneShare on RedditShare on Tumblr
Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*