Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Quand la bioélectronique devient une réalité

La bioélectronique et les interfaces homme-machine ont de beaux jours en perspective. Le plus grand défi qui reste à relever, c’est de réussir à faire en sorte que les dispositifs électroniques et le corps soient en mesure de communiquer au niveau moléculaire. Des scientifiques italiens travaillent justement sur le développement d’un système hybride bioélectronique vivant permettant l’échange d’information entre des dispositifs fabriqués par l’homme et les systèmes biologiques. Le travail est détaillé dans AIP Advances. L’équipe de chercheurs a d’abord étudié la biocompatibilité d’un substrat qui relie physiquement les dispositifs électroniques au corps. La réactivité du substrat et des cellules adhérant à celui-ci ont été testées en utilisant des procédés de balayage de lumière. Ces matériaux biologiques ont ensuite été reliés à un composant électrique appelé memristor, un terme issu de la fusion des termes « mémoire » et « résistance ». Ceux-ci permettent la création de circuits électriques qui peuvent fonctionner de façon similaire aux connexions synaptiques entre les neurones.

La suite ici

Partager cet article: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someoneShare on RedditShare on Tumblr
MNB
A propos MNB

Ingénieur en technologie de l'information, passionné par l'innovation et la singularité. Co-fondateur du think tank virtuel Paris Singularity.

Contact: Site web | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*