Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Qui est responsable quand 1 ordinateur contrôlé par 1 cerveau tue ?

cerveau photo

Les interfaces cerveau-machine font émerger une multitude de dilemmes éthiques aux chercheurs. Les chercheurs en utilisent déjà dans beaucoup de domaines, de la restauration du mouvement des membres de patients paralysés aux drones de course. La technologie existante est certes impressionnante, mais encore balbutiante. Selon un nouvel article publié récemment dans Science par une équipe internationale de chercheurs, il serait temps de commencer à aborder l’ensemble des problèmes éthiques que posent les interfaces cerveau-ordinateur.

En premier lieu, il y a le problème de la responsabilité. Si vous écrasez une fenêtre avec un marteau, il est clair que la faute vous en incombe. Mais si vous envisagez de briser une fenêtre avec un marteau quand votre cerveau est lié à un ordinateur, mais que vous n’en avez pas l’intention réelle et que cela déclenche une action de votre robot autonome par aller briser la fenêtre la plus proche avec son marteau, à qui la faute ? Dans ce type de cas, les auteurs imaginent un système qui obligerait l’utilisateur à approuver ou à opposer son veto à toute action indésirable de la part de la machine avec laquelle il est interfacé.

Second problème majeur, la confidentialité. Les interfaces cerveau-ordinateur pourraient exposer beaucoup plus de données neuronales que ne le pourrait souhaiter un utilisateur. Nous stockons déjà une grande majorité de nos vies personnelles sur des ordinateurs vulnérables. Pourquoi ces interfaces seraient moins menacées ? Des chercheurs ont déjà démontré pouvoir pirater des implants tels que les pompes à insuline et les défibrillateurs cardiaques, ce qui pourrait entraîner la mort de leur utilisateur si elles étaient manipulées avec des intentions malveillantes. En outre, il serait possible pour un pirate d’intercepter et de manipuler des signaux biologiques qui ont été convertis en numérique.

Les interfaces cerveau-ordinateur constituent une technologie prometteuse à plusieurs titre. Mais si nous voulons éviter un avenir au sein duquel la dernière vague de logiciels malveillants oblige des millions de personnes a payé une rançon en bitcoins après que leurs cerveaux n’aient été piratés, alors nous devrions d’ores et déjà commencer à poser les grands principes de la symbiose homme-machine.

La suite ici

Partager cet article: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someoneShare on RedditShare on Tumblr
Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Futurologue passionné par la 4e révolution "industrielle" impulsée par les NBIC, et par la singularité - Co-fondateur du think&do tank virtuel Paris Singularity - Membre actif de l'institut de recherche technologique virtuel envisioning.io

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*