Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Revenir au plein emploi dans le futur est illusoire, réveillons nous!

Les études se multiplient et les résultats se ressemblent. Selon l’économiste en chef de la Banque d’Angleterre cette fois, les robots pourraient remplacer 15 millions de travailleurs britanniques, soit un tiers. La timeline n’est pas encore claire, 15 ans, 20 ans, 30 ans…? Toujours est-il qu’en considérant notre tendance naturelle à nous projeter linéairement dans le futur, nous sous-estimons certainement ses impacts négatives, et positives. Certes la technologie amène de nouveaux besoins, de nouveaux emplois, et a jusqu’ici été créatrice de richesse. Néanmoins, si la vitesse d’automatisation des emplois augmente exponentiellement, ça n’est pas le cas de notre capacité à former aux nouveaux emplois qui seraient créés. Une berline ne peut pas faire la course contre une fusée. Laissez-vous en convaincre en quelques minutes avec cette vidéo.

Quelle claque n’est-ce pas !? Et… on fait quoi nous ?! On évolue. On anticipe. On en tire parti.

Que nous nous dirigions, ou non, vers l’ère de l’abondance comme le théorise notamment Peter Diamandis, la route que nous avons prise nous fait déjà passer par une étape transitoire difficile. En attendant que la voiture ne devienne un jour une fusée, que faire ? Pour répondre spécifiquement à la problématique de l’emploi (et pas de travail que je distingue), plusieurs solutions doivent être envisagées et expérimentées. Le revenu de base en serait une. Ne nous y trompons pas le revenu de base n’est pas une nouveauté. Il est en place depuis des décennies en Alaska par exemple. Nos voisins européens font plus qu’y songer. Quand le gouvernement français s’emparera-t-il de ces questions ?

Partager cet article: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someoneShare on RedditShare on Tumblr
Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Futurologue passionné par les NBIC, la singularité et le transhumanisme - Co-fondateur du think&do tank virtuel Paris Singularity - Membre actif de l'institut de recherche technologique virtuel envisioning.io

Contact: Twitter | Plus d'articles

2 Commentaires le Revenir au plein emploi dans le futur est illusoire, réveillons nous!

  1. En parallèle plus de 35% des travailleurs au Royaume-Uni pensent que leur travail ne fait aucune contribution significative au monde. La France n’est certainement pas épargnée par l’invasion des jobs à la con ou des #BullshitJobs.

    L’économiste Keynes a prédit que d’ici la fin du siècle, la technologie aurait suffisamment avancé pour qu’un pays comme les États-Unis puisse avoir une semaine de travail de 15 heures. L’anthropologue David Graeber pense qu’en termes technologiques, nous en sommes tout à fait capables. Pourtant, il constate qu’une grande quantité de travailleurs américains et européens passent toute leur vie professionnelle à l’exécution de tâches qu’ils croient être inutiles.

  2. Philippe Cadique // 4 mai 2016 á 18 h 13 min // Répondre

    Imaginons donc le saut anthropotechnique vers la fin du travail : http://www.nonfiction.fr/article-8108-serie__imaginer_la_fin_du_travail_au_dela_de__trepalium_.htm

8 Trackbacks & Pingbacks

  1. [Retour vers le futur #5] La France serait-elle culturellement opposée au futur ? - Paris Singularity
  2. Le revenu de base fait l'objet de campagnes de financement participatif - Paris Singularity
  3. Pourquoi la révolution des NBIC ne ressemble à aucune autre ? - Paris Singularity
  4. Davos : 5M d'emplois en moins d'ici 2020 du fait du progrès technologique - Paris Singularity
  5. [Retour vers le futur #12] Découvrez les Bods, compagnons robotiques - Paris Singularity
  6. Vers un monde sans travail ? Quelles conséquences ? - Paris Singularity
  7. [Retour vers le futur #18] L'Age des robots et le revenu de base universel - Paris Singularity
  8. Automation : la course entre l'Homme et la machine - Paris Singularity

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*