Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Softbank : l’entreprise japonaise qui parie des milliards pour préparer la singularité

Il fut une époque à laquelle Google avait la réputation de financer les entreprises disruptives. Le géant du web a dépensé des milliards de dollars pour créer une voiture autonome, a lancé Google Fiber pour offrir un accès Internet à ultra haute vitesse et a acheté la société de robotique Boston Dynamics, soutenue par la Darpa. Mais depuis sa restructuration en 2015 en tant que société de holding, Alphabet, les ambitions de Mountain View semblent être devenues un peu plus sobres et sa stratégie d’investissement plus restreinte.

SoftBank est peut-être plus connu aux États-Unis comme le propriétaire de Sprint, mais l’entreprise japonaise a passé les deux dernières années à investir, à acquérir ou à créer une vaste gamme de sociétés de technologie. Elle a commencé par une entreprise de bus autonome avec Advanced Smart Mobility. Elle a ensuite investi 1,2 milliard de dollars dans OneWeb, la société d’Internet par satellite fondée par des anciens de Google. Puis Softbank a acheté à Alphabet à la fois Boston Dynamics et une autre société de robotique, Schaft. L’entreprise japonaise a également annoncé la création de Vision Fund, un fond de 100 milliards de dollars dédié aux technologies futuristes comme l’informatique quantique. Tout comme Larry Page, Elon Musk et Jeff Bezos, le fondateur de SoftBank et CEO Masayoshi Son est un visionnaire.

Plus récemment encore, l’entreprise a acquis la société française de robotique Aldebaran et a versé des milliards de dollars pour financer des concurrents d’Uber tels que GrabTaxi (Sud-Est asiatique), Didi Chuxing en Chine et, grâce à l’acquisition de Fortress Investment Group, Lyft. Softbank aurait aussi investi 4,1 milliards de dollars dans Nvidia. Mis à part les commentaires de Son sur la singularité technologique, ce dernier n’a pas officiellement dévoilé de stratégie unifiée justifiant ces dernières acquisitions. Si Google finance ses « autres paris » via les bénéfices de son activité publicitaire, SoftBank emprunte.

La suite ici

Partager cet article: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someoneShare on RedditShare on Tumblr
Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Futurologue passionné par la 4e révolution "industrielle" impulsée par les NBIC, et par la singularité - Co-fondateur du think&do tank virtuel Paris Singularity - Membre actif de l'institut de recherche technologique virtuel envisioning.io

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*