Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

L’émergence du “dataïsme” : menace pour la liberté vs révolution scientifique

Une nouvelle philosophie, le dataïsme, estime que la libération du flux de données pourrait être la clé du déclenchement de la plus grande révolution scientifique de l’histoire de l’humanité. Dans son livre Homo Deus de 2016, Harari décrit le dataïsme comme une nouvelle forme de religion qui célèbre l’importance croissante du big data. Selon lui, l’univers donne plus de valeur et de soutien aux systèmes, aux individus et aux sociétés qui contribuent le plus fortement et le plus efficacement au traitement des données.

Bénéfices : progrès

En laissant les données circuler librement, il est inévitable qu’elles soient mélangées et appariées via de nouvelles façons qui sont source de progrès. Alors que nous nous dirigeons vers un futur où chaque personne est constamment connectée et partage ses données, le potentiel augmente de façon exponentielle. Nous pourrions faire la même chose avec notre corps.

Actuellement, les universités et les entreprises qui recherchent des solutions médicales doivent payer très cher pour organiser des essais cliniques et trouver des personnes qui répondent à leurs besoins. Mais si toutes nos biodonnées étaient librement agrégées, 1 IA pourrait “surveiller toutes les personnes ayant le cancer”, et grâce au flux constant de données provenant de la population mondiale, un programme d’apprentissage machine pourrait facilement détecter un pattern et créer un remède adapté. De tels gains exponentiels représentent le “Graal” du dataïsme. Malheureusement, comme l’a souligné Harari, la montée du datisme signifie que ” l’humanisme est maintenant confronté à un défi existentiel et l’idée du ” libre arbitre ” est menacée “.

Inconvénients : manipulation et extorsion

En 2017, The Economist a déclaré que les données étaient la ressource la plus précieuse de la planète, et même plus précieuse que le pétrole. C’est peut-être parce que les données sont ” inestimables ” : elles incarnent la compréhension, et la compréhension représente le contrôle. Ainsi, dans le monde de la publicité et de la politique, disposer des données sur vos consommateurs et vos électeurs vous donne un avantage considérable. C’est ce qu’a démontré le scandale de Cambridge Analytica

Agir avec prudence

Dans une démocratie capitaliste, voulons-nous que les entreprises et les politiciens nous connaissent mieux que nous-mêmes ? Devons-nous rendre simplement la propriété des données aux utilisateurs, leur permettant de choisir à qui vendre ou à qui donner librement leurs données ? Ou est-ce que cela va simplement décourager l’esprit d’entreprise et amener tous les services gratuits que nous utilisons aujourd’hui, comme Google Search et Facebook, à commencer à facturer des prix inaccessibles ? Combien sommes-nous prêts à payer pour notre liberté ?

La suite ici (Steven Parton)

(Visited 26 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*