Laboratoire d'idées Deeptech for good : innovation et prospective

Une bataille sanglante ou une longue guerre ? Le dilemme éthique de la lutte contre les coronavirus

Image par mohamed Hassan de Pixabay

Le gouvernement britannique a récemment révisé de façon spectaculaire son avis officiel de la gestion du covid 19 sur la base d’un nouveau modèle élaboré par une équipe de l’Imperial College de Londres. Le modèle montre les résultats probables de deux grandes stratégies : l’atténuation, qui vise à éliminer complètement la transmission du virus, et la suppression, qui vise à réduire le taux de transmission à un niveau qui ne submerge pas les services de santé jusqu’à ce qu’un vaccin soit trouvé.

Suivant ce modèle, le gouvernement britannique adopte maintenant une stratégie plus proche de la suppression que de l’atténuation. Ce modèle influence également la politique américaine. François Balloux, un épidémiologiste informaticien de l’University College London, a travaillé avec les chercheurs britannique lorsqu’ils ont développé le modèle.

La qualité d’un modèle dépend de ce que vous y mettez. Quelles sont les hypothèses de ce modèle ?

“Je pense que le modèle est assez sophistiqué. Il est détaillé et réaliste, mais il y a beaucoup, beaucoup d’hypothèses, et certaines d’entre elles ne sont pas super-explicites. Mais en termes de chiffres approximatifs, je pense qu’il est juste. Il ne donne pas de chiffres précis, mais suggère des fourchettes. Il est probable que ce nombre de personnes aura besoin de soins coûteux. Ils risquent aussi de mourir. Mais les chiffres sont importants, quoi qu’il arrive. Le rapport n’est pas des plus agréables à lire, et les scénarios sont en fait assez optimistes.”

De quelle manière ?

“Il y a quelques variables importantes qui ne sont pas intégrées. Par exemple, on suppose que si une personne est infectée, elle sera immunisée à vie. Mais c’est une chose que nous ne savons pas vraiment. Nous ne savons pas combien de temps les gens restent immunisés après leur rétablissement, s’ils peuvent attraper la maladie deux fois, et s’ils le peuvent, après combien de mois. Cela changerait beaucoup les résultats, et pas en mieux. L’autre chose que le modèle ne prend pas correctement en compte est la saisonnalité.”

Le gouvernement a maintenant changé de cap et semble suivre une stratégie plus proche de la suppression que de l’atténuation. Est-ce ce que le modèle recommande ?

“Le modèle indique que l’atténuation a un gros inconvénient : elle entraînera de nombreux décès au cours des premiers mois. Mais il ne dit pas explicitement que c’est la pire stratégie. Très peu de gens l’ont compris. D’une part, l’atténuation a des conséquences dévastatrices à court terme, notamment un nombre élevé de décès, en particulier chez les personnes âgées. Mais l’autre option, la suppression, suppose que des restrictions sociales extrêmement fortes restent en place jusqu’à ce que l’on trouve un vaccin qui fonctionne, ce qui pourrait ne pas se produire. Il n’y a pas de solution facile. Un autre élément à considérer de près est l’impact de toute stratégie à long terme sur l’économie. En effet, si un ralentissement économique massif se produit, cela aura également un impact important sur la santé des gens.

Ainsi, avec l’atténuation, vous jouez avec la vie des gens, en disant que beaucoup de gens vont mourir à court terme. Mais avec la suppression, vous pariez sur un avenir inconnu, dans lequel les gens mourront sur une plus longue période.

“En gros, oui. Si vous étiez en guerre, vous pourriez accepter de perdre beaucoup de gens dans la première bataille si cela signifiait une fin plus rapide. Mais le modèle ne dit pas ce qui est le mieux. De toute façon, c’est un choix. Si vous soupesez atténuation ou suppression, en considérant comment les scénarios de développement sur un ou deux ans, je ne suis pas sûr de la réponse. Bien sûr, c’est du point de vue scientifique.

Il y a des perspectives éthiques et politiques en plus de cela, y compris un refus total d’accepter un nombre dramatique de décès à court terme. Mais le modèle lui-même ne dit pas qu’il s’agit nécessairement de la bonne option. En fait, je me demande dans quelle mesure l’éloignement social est acceptable pour la population. Mais ne vous méprenez pas. Je n’ai pas la réponse. C’est un problème très, très difficile auquel nous sommes confrontés.”

La suite ici (Will Douglas Heaven)

(Visited 26 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


%d blogueurs aiment cette page :