Laboratoire d'idées Deeptech for good : innovation et prospective

Utiliser CRISPR est techniquement aussi risqué que de ne rien faire

eyeball2-S-1024x767

Feng Zhang et ses collègues du MIT ont mis différentes techniques au point pour améliorer CRISPR. Grâce à ces dernières le généticien d’Harvard George Church estime que le taux d’erreur de CRISPR serait de 1 pour 300 trillions de lettres de l’ADN. Dans le pire des scénarios ce taux est donc similaire au taux de mutations spontanées chez les humains. En d’autres termes il y aurait autant de risques à utiliser CRISPR que de ne rien faire.

La suite ici

 

(Visited 59 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Retour sur 2015 : excellent millésimé pour les NBIC - Paris Singularity

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


%d blogueurs aiment cette page :