Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Valeur vs éthique : devrait-on utiliser les données téléphoniques pour surveiller le coronavirus

Image par Fabian Krüger de Pixabay

Google et Facebook envisagent d’analyser les mouvements collectifs de millions d’utilisateurs afin de déterminer comment le coronavirus se répand aux États-Unis et d’évaluer l’efficacité des appels à la distanciation sociale. Les résultats pourraient être partagés avec les agences gouvernementales qui s’efforcent de prévenir ce qui pourrait devenir une urgence de santé publique sans précédent au cours des prochaines semaines. Ceux qui ont connaissance de ces plans affirment que tout est mis en œuvre pour protéger la vie privée des utilisateurs en rendant les données anonymes. Ils affirment qu’une image approximative de la façon dont les gens se rassemblent et se déplacent pourrait s’avérer vitale pour combattre le virus, qui menace de submerger les hôpitaux américains si le taux actuel de transmission ne change pas.

Néanmoins, le plan pourrait aussi tester l’état d’esprit des gens à l’égard de la protection de la vie privée et de la surveillance gouvernementale, dans un contexte d’inquiétude croissante quant à la manière dont les grandes entreprises technologiques suivent leurs utilisateurs. Certaines entreprises partagent déjà des données agrégées, mais il serait nouveau pour Google et Facebook d’exploiter ouvertement les mouvements des utilisateurs à cette échelle pour le gouvernement. Les données collectées montreraient les schémas de mouvements des utilisateurs. Elles devraient être croisées avec les données sur les tests et les diagnostics pour montrer comment le comportement affecte la propagation du virus.

Facebook fournit déjà des données dans le but de modéliser la propagation des maladies dans le cadre d’un projet appelé Data for Good. L’effort discuté récecmment verrait apparemment Facebook lui-même essayer de modéliser le coronavirus pour les agences gouvernementales. Facebook travaille avec l’Université de Chapman et d’autres collaborateurs pour développer des cartes qui montrent comment les gens se déplacent entre les zones qui ont des points chauds de cas de Covid-19 et les endroits qui n’en ont pas. Cela pourrait aider à révéler les schémas qui favorisent la propagation du virus, ou les endroits qui risquent le plus de devenir de nouveaux foyers de la maladie.

D’autres efforts visant à modéliser la propagation du virus à l’aide de données peuvent également être controversés. Clearview, une entreprise qui a construit une vaste base de données de reconnaissance faciale à partir d’images récupérées sur Internet, aurait parlé aux responsables de l’utilisation de son système pour aider à retrouver les personnes qui ont été en contact avec des patients atteints de coronavirus. D’autres entreprises proposent des outils pour suivre l’épidémie en exploitant le contenu des médias sociaux. En dehors des États-Unis, la technologie a été utilisée de manière agressive pour tracer le coronavirus. La Chine, la Corée du Sud et Israël utilisent tous des données mobiles pour suivre les mouvements des patients atteints de coronavirus.

La suite ici (Will Knight)

(Visited 13 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*