Laboratoire d'idées Deeptech for good : innovation et prospective

Vivons-nous une nouvelle course à l’espace ?

Deep tech

deep tech espace

Image par Jan Helebrant de Pixabay

L. Bardon . - Après les océans, l’espace va-t-il devenir le nouveau terrain de jeu d’intérêts économiques et géopolitiques ? Le Space Act of 2015  et le U.S. Commercial Space Launch Competitiveness Act entériné par Obama pourraient avoir accéléré le développement d’une industrie spatiale privée. Des entreprises privées pourraient un jour avoir le droit d’extraire et de revendre les ressources spatiales telles que le platine ou de l’eau par exemple. La valeur de l’astéroïde Ryugu (nickel, fer, cobalt et d’eau) est estimée à 95 milliards de dollars. En s’aventurant un peu plus profondément dans l’espace vous trouverez des butins encore plus gigantesques. Davida, par exemple, est un astéroïde dont la valeur est estimée à 100 trilliards de dollars, c’est 5 fois plus que le PIB des Etats-Unis. Des entreprises comme Planetary Resources, appuyées par des personnes telles que Larry Page et Eric Schmidt, ont déjà lancé des satellites pour scanner les astéroïdes les plus prometteurs. D’après les experts, certaines entreprises pourraient d’ici 10 ans lancer une mission d’exploitation minière. 

L’ère spatiale a commencé par une course entre les États-Unis et l’Union soviétique dans la conquête de la Lune ; les États-Unis remportant une victoire de second rang lorsque l’équipage d’Apollo 11 a marché sur la surface de la lune en 1969. Les États-Unis restent la principale puissance spatiale du monde, mais la Chine, qui n’est soumise à aucune contrainte législative en matière de financement, a injecté des sommes folles dans son programme spatial au cours des deux dernières décennies. Depuis 2012, le pays gère son propre programme de station spatiale avec équipage. Il a fait atterrir deux vaisseaux spatiaux sur la Lune et en a lancé un autre en 2020. Et il enverra également un rover sur Mars l’été prochain.

La Russie veut aussi envoyer des gens sur la Lune au cours de la prochaine décennie. Le Japon également. Israël et l’Inde ont aussi leurs propres ambitions lunaires. Il existe également des entreprises privées dans le monde entier, telles que SpaceX, Blue Origin ou iSpace et d’autres, qui ont leurs propres projets lunaires. Ces entreprises ne sont pas nécessairement animées par les mêmes types d’objectifs géopolitiques que les programmes nationaux, mais plutôt par le désir de gagner de l’argent.

En considérant l’espace dans son ensemble, on peut potentiellement identifier des dizaines d’autres “courses”. Les pays ont des priorités différentes : certains veulent dominer le secteur des communications ; d’autres veulent être une capitale mondiale de la fabrication de cubes de carbone ; d’autres encore s’intéressent à la télédétection et à l’observation de la Terre. Il se passe beaucoup de choses dans l’industrie spatiale, et tout cela est interconnecté. Ces différents groupes collaborent constamment, et même les rivaux (comme les États-Unis et la Russie).

La suite ici (Neel V. Patel)

(Visited 17 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


%d blogueurs aiment cette page :