Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Humain : une définition qui doit évoluer avec l’édition des gènes

DNA assembly. Computer artwork showing nucleic acid bases (upper left) binding together to form a double-helix of DNA (deoxyribonucleic acid, lower right). This process occurs naturally in cells as DNA replication, which is needed in order to pass genetic information to offspring. The mechanisms that control DNA formation are exploited in genetic engineering. Here, the sequence assembly involves aligning and merging many fragments of a much longer DNA sequence in order to reconstruct the original sequence.

La définition de ce que signifie être “humain” est en train d’évoluer, tant d’un point de vue biologique que culturel. Nous acquérons sans cesse de nouvelles connaissances scientifiques. Nous avons développé de nouvelles techniques plus rapides et peu coûteuses nous permettant de manipuler nos gènes, les unités fondamentales de notre hérédité formant notre base de données biologiques. En conséquence nous sommes confrontés à une nouvelle langue, de nouvelles règles et de nouvelles réponses à toutes sortes de nouvelles questions, fondamentales. La principale étant : ” Qu’est-ce que “choisir”  signifie à une époque où les humains peuvent manipuler leurs propres génomes ?”

Pour Mukherjee : «Le choix pourrait être être une illusion en réalité prédéfini par nos gènes.». Qu’est-ce que le hasard dans ce cas ? Que doit-on considérer comme “normal” ? Qui serait légitime pour définir le cadre et les limites de ce que nous définissons comme étant “normal” ? Comment voulons-nous nous classer ? Quels sont les grands axes sur lesquels nous sommes d’accord pour être divisés ? Il ne s’agit pas de questions de laboratoire mais de questions sociétales fondamentales. Et les réponses pourraient même être déterminées par notre patrimoine génétique.

Si les humains veulent comprendre leurs gènes et les améliorer c’est probablement principalement pour s’émanciper de la maladie. Mais nous pourrions aussi finir par nous diviser en deux classes : ceux qui peuvent “augmenter” leurs enfants et les autres.

Alors comment éviter d’en arriver là ? Pour Mukherjee, l’antidote à notre futur est l’Histoire. Nous avons besoin d’examiner nos erreurs du passé pour les éviter. Il ajoute “Si je vous lisais la liste des personnes qui ont assisté à la première conférence sur l’eugénisme cela vous choquerait.”. Parmi ces personnes : Alexander Graham Bell et Winston Churchill.

La suite ici

(Visited 44 times, 1 visits today)

Partager cet article: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someoneShare on RedditShare on Tumblr
Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*