Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

L’intelligence artificielle est-elle intelligente ?

INTELLIGENCE.

AlphaGo, une « intelligence » artificielle, a battu au jeu de Go un des meilleurs joueurs au monde. S’il a fallu 2500 ans à une machine pour battre l’Homme à ce jeu réputé être le plus complexe jamais créé, AlphaGo a battu Lee Sedol 10 ans plus tôt que ce que ne prévoyaient les experts. Cette victoire interpelle tant sur le fond que sur la forme prise par les réactions suscitées auprès des observateurs : « surprise », « beauté », « intuition » et le mot qui fait débat : INTELLIGENCE. Un algorithme évolutionnaire peut-il être qualifié d’intelligent ? Einstein disait : « Je ne suis pas extraordinairement intelligent mais je passe plus de temps à résoudre les problèmes. » Et à ce petit jeu AlphaGo est, en quelques mois, devenu un maître… au jeu de Go en tout cas.

En l’état actuel des connaissances nous aurions 9 types d’intelligence. Les débats autour de l’intelligence des machines n’ont donc aucun sens. L’intelligence est une notion relative. « Si vous jugez un poisson sur sa capacité à grimper à un arbre, il sera toujours stupide. »

Pour certains l’intelligence ne peut être que « consciente » (pourtant on ne sait pas non plus définir scientifiquement la conscience) et biologique par nature. A ceux-là je répondrais que les algorithmes évolutionnaires, auto-apprenants pourraient un jour être hébergés sur un bio-ordinateur. A ceux-là je répondrais que des chercheurs conçoivent actuellement des puces informatiques à partir de neurones vivants. Comment qualifiera-t-on alors une intelligence artificielle hébergée sur une machine composée des mêmes briques biologiques que celles de l’Homme ? La technologie n’est qu’un prolongement de nous-mêmes, et ce depuis des millénaires. Si les machines sauront peut-être un jour résoudre tous les problèmes, sauront-elles pour autant en poser ? Elles sont intelligentes mais autrement, au même titre que les animaux par exemple.

Il y a déjà 5 mois l’intelligence artificielle de Google battait le champion européen du jeu de Go engendrant des débats dogmatiques et souvent stériles sur la place de l’Homme. Les interventions télévisées se sont succédées mettant en lumière un flou artistique autour de la notion indéfinie de l’intelligence. Parler d’intelligence artificielle, de l’intelligence des machines fait peur tant ce concept renvoie à notre spécificité, à notre singularité. Remercions au passage tous les articles qui ont nourri les réactions épidermiques, notre peur primale et en partie culturelle du changement par le biais de titres accrocheurs (et oui la peur fait vendre du « papier »), des titres qui associaient souvent intelligence artificielle et menace en oblitérant les gigantesques opportunités qui nous sont offertes. Pourquoi les débats télévisés ou radios se sont-ils concentrés sur la peur ? Peur, peur peur. Peur de quoi finalement ?

Soyons francs. Ce qui nous fait réellement peur c’est de perdre notre place dominante ou l’illusion que nous en avons tout du moins. La nature se rappelle pourtant régulièrement à notre bon souvenir. Elle nous montre à quel point nous restons ignorants et insignifiants. Nous nous sommes autoproclamés intelligents nous les humains. Pourtant nous sommes encore à des milliards d’années lumière d’avoir compris le monde qui nous entoure. Plus surprenant, nous sommes entourés de technologie que nous maitrisons mais que nous ne comprenons pas pour le commun des mortels. Vit-on dans la peur pour autant ? Vous pourriez me rétorquer que la perte de contrôle induit le danger. Mais lorsque mon téléphone tombe en panne, je n’ai aucun contrôle sur cet événement. Le fabricant lui-même n’a pas de contrôle sur le moment auquel il tombera en panne. Avez-vous peur pour autant ? Moi pas. Pourquoi ? Parce que les conséquences ne sont finalement pas si graves. A court terme la victoire d’AlphaGo vous empêchera de devenir champion du monde au jeu de Go. Et alors ?

Vous devriez être plus effrayé ou émerveillé, c’est vous qui voyez, par le long terme. Etes-vous plutôt verre à moitié vide ou verre à moitié plein ? Les experts Google travaillant sur le deep learning en comprennent parfaitement l’algèbre linéaire derrière. En revanche ils ne sont pas toujours en mesure d’expliquer les résultats obtenus. Dernier exemple en date : la victoire d’une stupidité artificielle sur L’intelligence humaine par le biais de stratégies inhumaines et imprévisibles. L’intelligence n’est qu’un mot renvoyant à des concepts relatifs et souvent subjectifs pour le commun des mortels. On dit que les yeux sont le miroir de l’âme. Et si l’intelligence artificielle était le miroir de notre intelligence comme le suggère Tim O Reilly dans son analyse du bad buzz autour de Tay, le chatbot de Microsoft ? Ayons plus peur de la bêtise humaine que de l’intelligence artificielle.

Arrêtons de nous retrancher derrière des croyances et des dogmes du 20e siècle. Soyons ouverts au questionnement.  « Le problème avec ce monde est que les personnes intelligentes sont pleines de doutes tandis que les personnes stupides sont pleines de confiance. » Einstein disait : « La vie c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. » Alors avançons.

Partager cet article: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someoneShare on RedditShare on Tumblr
Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Futurologue passionné par la 4e révolution "industrielle" impulsée par les NBIC, et par la singularité - Co-fondateur du think&do tank virtuel Paris Singularity - Membre actif de l'institut de recherche technologique virtuel envisioning.io

Contact: Twitter | Plus d'articles

1 Commentaire le L’intelligence artificielle est-elle intelligente ?

  1. I am a regular reader of your blog. the blog is very interesting and will be much useful for us.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*