Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Comment le Japon pourrait devenir un leader mondial dans cette nouvelle ère de capitalisme participatif

Image par Eiji Kikuta de Pixabay

Le Japon a traditionnellement une philosophie commerciale de capitalisme des parties prenantes. “Sanpō yoshi” signifie “satisfaction à trois” entre le vendeur, l’acheteur et la société. Le pays doit maintenant s’employer à améliorer la diversité de sa main-d’œuvre, à combler son déficit de compétences et à accroître la participation des femmes.

Le concept de capitalisme des parties prenantes est connu depuis longtemps au Japon. Les entreprises sont conscientes de l’importance d’impliquer de multiples parties prenantes et d’agir pour le bien de la société depuis la période Edo (1603 à 1868) et l’ère Meiji (1868 à 1912). Alors que la philosophie du sanpō yoshi s’est poursuivie tout au long des décennies, les entreprises japonaises ont adopté l’idée plus moderne du capitalisme actionnarial dans un effort consenti pour rattraper rapidement leur retard et reconstruire l’économie du pays après la Seconde Guerre mondiale. L’accent mis sur le capitalisme actionnarial s’est renforcé à mesure que les entreprises étaient de plus en plus exposées à la concurrence mondiale.

Aujourd’hui, nous assistons à un nouveau changement de cap bienvenu en faveur de la création de valeur durable à long terme, alors que nous sommes confrontés aux effets de la mondialisation, de la crise climatique et des changements démographiques. En s’appuyant sur le site sanpō yoshi, le Japon est en mesure de développer davantage cette philosophie.

Il ne suffit pas d’imiter ce qui a fonctionné dans le passé. La nature des affaires a changé et les pratiques commerciales du passé sont devenues obsolètes. Il ne s’agit plus de prospérer, mais de survivre – et de bien survivre. Par exemple, la crise climatique ne figurait peut-être pas en tête de liste des priorités des entreprises il y a dix ans, mais elle l’est aujourd’hui. La prise de conscience que les parties prenantes d’une entreprise sont des citoyens du monde ne laisse pas d’autre choix que de changer d’approche. Le pays doit s’efforcer d’améliorer la diversité de sa main-d’œuvre, d’agir pour combler son déficit de compétences et d’accroître la participation des femmes. Pour ce faire, il doit s’attaquer à ses niveaux élevés d’aversion au risque et à sa culture d’entreprise rigide, tout en stimulant l’innovation et en promouvant le dynamisme des entreprises.

La suite ici (Makiko Eda)

(Visited 14 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*