Laboratoire d'idées Deeptech for good : innovation et prospective

Ce stylo d’impression 3D “dessine” du cartilage directement dans le patient

top-ten-bioprinter-3D-printing-bioprinting

L’arthrite touche plus de 350 millions de personnes dans le monde. Elle provoque la décomposition du cartilage de nos articulations et par conséquent énormément de douleur. Parce que le cartilage n’est ni alimenté en sang ni nervuré, il ne peut pas repousser seul. Parfois la seule option de traitement restante consiste à effecuter une opération chirurgicale invasive. Soit les os sont forés soit des implants sont fabriqués avant l’opération puis implantés dans la zone touchée. Mais maintenant une équipe de chirurgiens et chercheurs australiens a inventé une nouvelle méthode. Ces derniers ont développé un stylo d’impression 3D permettant aux chirurgiens de dessiner et sculpter, pendant l’opération, des implants de cartilage à partir de cellules souches humaines.

La suite ici

(Visited 105 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

2 Commentaires le Ce stylo d’impression 3D “dessine” du cartilage directement dans le patient

  1. c’est vraiment très surprenant!!! Dommage… cela n’existe pas encore chez nous 🙁

  2. Bonjour,

    Cet article est un exemple concret de convergence entre nanotechnologies et biotechnologies.

    La convergence des NBIC prendra du temps mais va en s’accélérant.

    L’intégration d’une dose croissante d’IA dans la recherche va nous permettre d’accélérer les découvertes. Chaque découverte dans un domaine étant potentiellement applicable à un autre.

    Si les découvertes seront de plus en plus nombreuses et rapides, il faut s’interroger sur notre capacité à créer un cadre évolutif pour en faire bénéficier un maximum de personnes. La technologie doit surtout permettre le progrès “social”.

    Il ne restera alors plus qu’un “problème”. Nous n’adopterons ces technologies non pas quand elle seront prêtes mais quand nous n’en aurons plus peur. L’Homme n’envisage le changement que dans la nécessité et ne voit la nécessité que dans la contrainte. Une bonne piqûre d’optimisme est de rigueur :).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*