Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Comment le Libra pourrait déclencher une guerre de la monnaie numérique

Image parGerd Altmann de Pixabay

Le Libra pourrait forcer les banques centrales à innover beaucoup plus vite que prévu. Le lancement de la monnaie numérique pourrait en effet entraîner des changements fondamentaux dans l’économie mondiale, peut-être en affaiblissant le dollar américain et en renforçant le yuan chinois. L’une des questions centrales est que le Libra pourrait constituer une menace pour la souveraineté monétaire nationale, privant les nations du pouvoir de dicter le développement des systèmes financiers. La Chine en semble convaincue si l’on en croit les nouvelles récentes sur ses projets de lancement d’une nouvelle version numérique de sa monnaie. Le gouvernement voit le Libra comme un concurrent tiers potentiel dans la lutte pour devenir la monnaie la plus populaire du monde pour les affaires et les transactions. La Chine est loin d’être le seul pays à envisager le passage au numérique pour ce qui est de l’argent liquide. Au moins 15 banques nationales sur les 5 continents explorent les monnaies numériques, en partie à cause du risque perçu que le yuan numérique chinois et le Libra de Facebook n’affaiblissent leur monnaie.

Les Stablecoins sont des cryptomonnaies couvertes par des actifs sous-jacents. Ils sont considérés comme plus stables que les autres formes de cryptomonnaies. Ils ont l’avantage, par rapport aux monnaies traditionnelles, de permettre des transactions plus rapides et moins coûteuses. Dans le cas du Libra, sa valeur est rattachée à une gamme de devises, y compris le dollar, la livre et le yen, mais pas le yuan chinois.

Les utilisateurs convertiront leurs devises en Libra et pourront ensuite les utiliser soit pour acheter des choses, soit pour les transférer à d’autres utilisateurs. Il sera lié aux applications Messenger et WhatsApp ainsi qu’à une application autonome. Le business case semble reposer sur deux piliers centraux : le transfert d’argent, qui peut actuellement coûter jusqu’à 7 % du montant transféré, et les recettes publicitaires potentielles. Ces dernières augmenteront probablement à mesure que les clients cliqueront sur une annonce Facebook, se rendront directement sur le site Web de l’entreprise et effectueront immédiatement un achat avec Libra.

Cependant, plusieurs questions demeurent sans réponse. La protection et la nature des données recueillies lors de leur utilisation constituent un enjeu central. Par exemple, les brevets déposés par la banque centrale chinoise suggèrent qu’elle pourrait être en mesure de suivre chaque fois que l’argent numérique change de mains. En d’autres termes, tout ce que vous achetez serait enregistré.

La suite ici (Marc Prosser)

(Visited 14 times, 1 visits today)

Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Co-fondateur de Paris Singularity, think&do tank virtuel d'empowerment citoyen Prospectiviste passionné par la 4e révolution "industrielle"/singularité impulsée par les technologies NBIC(Nano/Bio/Info/Cogno)

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*