Think&Do Tank virtuel pour que la 4ème révolution "industrielle" / singularité impulsée par les NBIC soit éthique & sociale

Comment vous allez contrôler vos robots par « télépathie »

Jusqu’à maintenant, la programmation de robots pour qu’ils fonctionnent correctement en environnement réel relevait d’un processus complexe. Mais peut-être plus pour longtemps. Une équipe du Laboratoire d’Informatique et d’Intelligence Artificielle (CSAIL) du MIT et de l’Université de Boston a créé un système qui permet aux humains de corriger les erreurs des robots instantanément, simplement en y pensant. Si le système est déjà applicable aux activités à choix binaire relativement simples, nous pourrions peut-être un jour contrôler les robots de façon beaucoup plus intuitive.

Dans l’expérience initiale, le système utilise les données provenant d’un casque d’électroencéphalographie (EEG) pour corriger le tri d’objets réalisé par le robot. De nouveaux algorithmes d’apprentissage machine (machine learning) permettent au système de classer et détecter les ondes cérébrales liées aux erreurs potentielles  en 10 à 30 millisecondes. L’équipe de chercheurs anticipe que les systèmes futurs pourraient s’étendre à des tâches à choix multiples plus complexes. Le système pourrait même être utilisé par les personnes ne pouvant pas communiquer verbalement : le robot pourrait être contrôlé via une série de plusieurs choix binaires discrets, de la même façon que des patients épellent des mots en y pensant.

Mais que faire si le robot demeure « perdu » ? Les chercheurs du Brown University’s Humans to Robots Lab ont créé une application pour cela. Le nouvel algorithme mis au point permet au robot de quantifier le degré de certitude de ce que veut son binôme humain. Lorsque le score est élevé, le robot remet l’objet comme demandé. Quand il n’en est pas suffisamment certain, le robot établit sa meilleure estimation de ce que la personne veut, puis demande confirmation en faisant désignant l’objet de sa pince et en demandant, « celui-ci ? ». Pourquoi c’est important ? Parce que le robot ne pose pas de question à chaque interaction mais demande intelligemment.

La suite ici

Partager cet article: Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someoneShare on RedditShare on Tumblr
Loïc Bardon
A propos Loïc Bardon

Futurologue passionné par la 4e révolution "industrielle" impulsée par les NBIC, et par la singularité - Co-fondateur du think&do tank virtuel Paris Singularity - Membre actif de l'institut de recherche technologique virtuel envisioning.io

Contact: Twitter | Plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*